Comment savoir si l’envie de bébé est VRAIMENT derrière toi ?

D’aussi loin que je me souvienne , j’ai toujours eu en moi cette envie, ce besoin d’enfanter. Comme une boule au ventre juste là , à l’intérieur de moi, qui te fait fourmiller les ovaires, une petite voix qui te crie : du bébé , du bébé ! et te fait repérer le moindre moufflet, chaque femme enceinte à 4 km à la ronde, qui te fait suspecter la grossesse même d’une femme constipée ( c’est fin ça se mange sans faim ) .

Après un début plus que difficile, j’ai eu 1 enfant. et la voix était toujours là, malgré la fatigue, le baby blues de la mort qui tue au bout des lèvres,  me poussant à me reproduire encore . 1 fausse couche et 18 mois après l’ainé, 2 ème  grossesse. Alitée cette fois, sous haute surveillance. J’ai eu mon 2eme enfant . Et la voix était toujours là.

Un burn-out, une ré-orientation professionnelle, des soucis médicaux et familiaux n’ont pas eu raison de cette voix. Elle était toujours là, elle voulait du bébé , du tout chaud du tout neuf, du qui braille et qui ne fait pas ses nuits .

3 ans après MissMiddle, Re -enceinte. l’appel était TROP  fort . Et puis Ptitedernière .

Et la petite voix à fermé sa gueule ( tu as remarquée que je suis pleine de poésie ce soir ) .

Alors quand beaucoup attendent avec impatience que je leur disent que je veux un nouveau bébé, ou comment je sais que je n’en veux plus , j’ai voulu écrire sur les signes qui peuvent t’aider à  savoir si l’envie de bébé est VRAIMENT derrière toi ? :

Ton radar à ventre rond s’est éteint : Tu ne remarques plus les femmes enceintes autour de toi  . et si tu les vois brièvement dans ton sciage,  rien qu’imaginer comment et par où elle va devoir sortir ce bébé te donne la chair de poule .

Tu ne frétilles plus du cul au rayon layette : Alors que tu aurais bien dépensé  l’équivalent du PIB du Guatemala en bodys et petits pyjamas trop mignon avant, Aujourd’hui tu remarques surtout la quantité de lessives incroyables qu’on peut faire par jour quand on a des enfants.

Tu veux te refaire une vie sociale : Après quelques années à avoir changé des couches, fait des areuh areuh et préparés des pots carottes -panais pendant des années, tu ne rêves que d’une chose : sortir ! aller au resto entre amis, aller boire un verre, danser jusque toutes les heures ( et avoir très mal à la tête )  de temps en temps , parce que ça fait du biennnnnnnnn d’être autre chose qu’un parent.

Tu as peur de tomber enceinte : Ta plus grande peur ? Que ta contraception te lâche et de re-tomber enceinte. Parce que tu aimes tes enfants mais tu ne veux plus JAMAIS en avoir, et surtout avoir à ensortir . alors tu penses sérieusement à la ligature des trompes ou a la vasectomie de ton cher et tendre, histoire d’être certaine d’éliminer le risque de grossesse à jamais.

Tu donnes les petits vêtements bébé :  tu tries et tu donnes tout ce qui est trop petit sans une larme ( allez une toute petite ) parce que de toute façon tu sais que ces vêtements vont prendre la poussière dans ton grenier. Alors autant en faire profiter d’autres petits bébés tout chaud . En plus ça fait plaisir de revoir des petits tenues sur des bébés qu’on ne doit pas supporter toute la journée .

Voir un bébé ne te remues plus les tripes : autant avant tu sentais tes ovaires danser la samba dés que tu voyais un tout petit , autant maintenant, tu le trouves certes mignon, mais il suffit qu’il pleure ou grimace pour que tu te sentes ventiler. à croire que tes hormones de reproduction se sont barrer en vacances à Cuba.

Tu recommences à faire des ( minis ) grass’matinées : et ça c’est bonnnnn  ! Avoir des enfants qui font leurs nuits , oui, ça change la vie.

Tu te sens complète, comblée : tellement que ton panier à linge en déborde d’amour et de chaussettes puantes et solitaires . Tu ne vois pas ta vie sans tes enfants mais VRAIMENT , tu ne saurais pas quoi faire d’un autre. Tu trouves ta vie juste assez débordée pour être intéressante et tu laisses le pouponnage pour tes copines avides d’odeur de bébés. Chacun son tour !

no-kid

 

 

Publicités