Le bonheur en partant m’a dit qu’il reviendrait.

Je pensais naïvement que la vie ne me surprendrais plus. Je croyais que plus tu avançais dans la trentaine, plus ta vie te désenchantait. Qu’il fallait juste se taire et porter sa croix.

Alors j’ai fait comme tout le monde. Je me suis mordue les lèvres et j’ai continué à avancer malgré tout, contre vents et marées, pour ne pas qu’arrive l’inévitable. Je me suis battue de toutes mes forces pour garder un semblant de cohérence. Par amour fou, par peur, par égoïsme. Mais ce que je n’avais pas compris, c’est que tout était déjà fini depuis longtemps. Que le bonheur auquel j’avais rêvé de construire et finalement goûté quelques temps depuis mes 16 ans n’existait plus, qu’il avait claqué la porte à grands coups d’incompréhension, de mots difficiles à entendre, d’aveux qui te brulent le coeur, de regards qui te font perdre l’âme, de chemins pris séparément, de reproches, de fossés qui se creusent et d’envie d’ailleurs mélangée à la nostalgie d’avant, de l’ inscousiance perdue qui ne reviendrait jamais. On avait pourtant essayé.

Voila ce que m’avait apporté mes 30 ans. Amer constat finalement. Mais où était passé tout ce qui avait fait de nous un couple, des amants, des parents, tout ce qui nous avait fait nous aimer tellement ?

Alors j’ai fait comme les autres, j’ai continué à avancer, en me disant que la vie était comme ça, que les autres avaient leurs ombres au tableau, leurs cadavres dans les placards, leurs secrets et qu’ils n’avaient pas l’air si malheureux pour autant. J’ai été les autres, qui en rient, en jouent, se taisent ou en plaisantent, font de leurs faiblesses une force, une arme de séduction même, du moins aux yeux des autres, quand la lumiere est allumée . pas malheureuse finalement, mais incroyablement terre à terre et résignée. J’avais fini de rêver.

Je me suis alors nourrie d’autres bonheurs. de petits moments pour ma famille, mes enfants, de sourires, de rires , d’ idees sans lendemain, de travail, d’autres plaisirs aussi, bien égoïstes finalement alors qu’à ce moment là j’étais persuadée de le faire pour nous.

et puis il y a eu l’asphyxie, le déni, les grandes décisions à prendre, la tête qui explose, la terre qui tremble et l’évidence.

Le bonheur était parti, mais m’a promis qu’il reviendrait.

Et le bonheur n’a pas menti. il est revenu. rapidement, instantanément presque. Dans l’oreille attentive et bienveillante de certains proches, dans l’aide apportée, dans les portes qui s’ouvrent en même temps que celles qui se ferment. Dans le renoncement de la tête et l’ouverture du coeur. Dans le sourire des enfants, dans des rires, des sorties entres amis, en famille.

Et puis dans l’amour. Dans un regard qui te fait fondre malgré toi et tes grands principes à la con, dans un rire tellement fort qu’il brise toutes tes barrières, dans un sourire tellement beau qu’il te donne envie d’y croire de nouveau.

Le bonheur a frappé à ma porte de nouveau. Alors j’y ai beaucoup réfléchi et en même temps pas tellement, et puis j’ai dit oui . oui à la vie, oui à l’amour.

Vous l’aurez donc compris, j’ai un homme dans ma vie. un homme merveilleux qui a osé aller gratter plus loin que ma carapace, que ma grande gueule et mon caractère bien trempé pour me voir telle que j’étais vraiment.

On s’ est rencontré par hasard, dans un endroit où je n’ aurais jamais dû me trouver mais surtout où il était impératif que je sois. Un peu comme si l’univers tout entier avait comploté pour que l’ on se rencontre.

On s’ est vu et c’ est comme si on s’ était reconnu, comme si une energie incroyable s’ emparait de nous et nous revelait l’ un à l’ autre.

Alors on y a beaucoup réfléchi et en même temps pas tellement, parce que même si nos têtes se sont posées 1000 et 1 questions, nos coeurs savaient deja. Et apres un été passé ensemble, nous construisons désormais jour après jour une nouvelle vie. Une nouvelle vie à 2 et une nouvelle vie à 6. Une nouvelle vie de famille recomposée, lui, moi, ma marmaille et la sienne. Et depuis on ne se quitte plus.

Alors en effet il y a de la vie, du bordel, des cris, des rires, de la joie et puis de l’amour. Par kilo, par tonnes même.

Le bonheur est là aujourd’hui. À 2, et à 6. Il n’ est pas le même qu’ avant, n’ a pas ce goût d’insouciance de mes 16 ans, n’ a plus l’ envie idéaliste de reussir là où nos parents avaient échoués, ni la naïveté de la vingtenaire que j’étais mais il a l’ assurance, la détermination et le lacher- prise de la trentenaire que je suis aujourd’hui mélangé avec l’ apprentissage des leçons du passé. Et surtout il a le goût incroyable de l’amour qui te pousse à être meilleure.

Je croyais naivement que la vie ne me surprendrais plus. Pourtant elle a mis sur mon chemin un homme incroyable qui rend mes matins tellement joyeux, mes après-midi tellement belles et mes soirées tellement incroyables que je rêve de nouveau à des lendemains sans fin.

Publicités

Les activités sportives : on fait quoi cette année ?

L’année passée, les sports ont été un peu mis de côté. un planning trop serré, des horaires pas toujours faciles à combiner, un travail trop prenant, ….. nous a mené la marmaille et moi à délaisser une chose importante pour nous : les activités sportives .

Mais cette année est une année de grands changements et donc l’occasion de se recréer une nouvelle vie avec à l’intérieur tout ce que l’on a envie ou presque, que mon mode de vie professionnel à pas mal ( voir radicalement ) changé, et que j’ai pu organiser mon temps trèèèès différemment, j’ai donc décidé que l’on se remettrait au sport. Parce que c’est bon pour le corps et pour la tête, parce que j’ai besoin de me raffermir ( teamfessesmolles ), parce que ma marmaille en a besoin pour être des enfants bien dans leur peau.

J’en ai fait l’expérience cet été : ils ont passé la majeure partie du temps où ils étaient avec moi à faire des activités sportives via des stages et en vacances : vélo, tennis, ping-pong, natation, hockey, judo, randonnée, …… Et je les ai rarement vu aussi souriants ! Bref, mes hyperactifs ont besoin de cela pour se défouler, et moi aussi .

Comme Septembre est le mois de la reprise et des inscriptions aux clubs de sport, j’ai demandé à mes grands ce qu’ils désiraient entreprendre cette année. Pas question ici de leur imposer quoique ce soit, le sport doit être un plaisir avant tout . Nous avons la chance d’avoir un super centre sportif à quelques kilomètres de chez nous qui proposent un tas d’activités sportives pour les adultes et les enfants auxquels la marmaille a pu y être initié pendant leurs stages d’été. Ils ont donc eu l’occasion de tester et d’apprécier ( ou pas :p ) avant de choisir .

Et Missmiddle a particulièrement Kiffé son initiation au judo ! en rentrant elle était comme folle et m’a demandé de l’inscrire cette année aux cours 2x /Semaine . Une première pour elle qui n’avait jamais fait de sport de  » combat  » . Et finalement je crois que c’est une sport qui peut tout à fait lui convenir avec son caractère trempé et sa force mentale :p

Pour l’ainé, sans surprises finalement, ce sera VTT ! Il est pratiquement né avec un vélo, et passe le plus clair de son temps sur le nouveau vélo de chez Décathlon qu’il a reçu au début des vacances, quelques petits mois après mon déménagement ( oui un vélo chez papa, un vélo chez maman, cela évite les transports périlleux lol ) . Il roule depuis toujours presque et rêvait d’intégrer un club de VTT . L’âge demandé dans la plupart des clubs étant 8 ans, il a du prendre son mal en patience. mais finalement été récompensé parce qu’il y a aussi un club de VTT non loin de chez nous qui propose 1 cours / Semaine .

Bref, il va être super dans son élément je crois ! Il va aussi faire du sport de raquetteS ( ping-pong, badminton, … ) 1x/sem.

21733866_10214142630145450_359372277_o

21742157_10214142629185426_1242984928_o

MissMiddle a aussi reçu son vélo mais est moins fan de ce sport, et doit encore apprendre à rouler correctement à 2 roues . On va donc essayer de faire des balades le week-end ( mais en vrai mon équilibre sur un 2 roues est plus qu’approximatif haha )

21741873_10214142629225427_34555614_o

Pour Ptitedernière, qui n’a pas encore l’âge de suivre des cours sportif ( la plupart des cours commençant à 3 ans ) , j’ai prévu de l’inscrire à des cours de spychomotricité.

Et pour moi ? Ce sera Fitness ! J’ai perdu pas mal de poids ces dernières années mais j’ai la cuisse molle et le fessier tombant. Par contre je ne saurai pas m’inscrire à un cours en particulier, car la semaine ou j’ai mes enfants mon agenda s’articule énormément autour d’eux ( pour mon plus grand plaisir ) et je privilégie leurs activités . Je profite donc de la semaine ou je ne les ai pas pour me rendre 2x/ semaine à la salle de sport, ou je tente de contredire la loi de la gravité :p ( d’ailleurs je pense à vous faire un petit article rapide sur quelques exercices à faire à la salle et à la maison , ça vous tente ? )

21729959_10214142628985421_1773383727_o

Bref, on est pleins de bonnes résolutions sportives pour cette année scolaire qui reprend!

Et chez vous , vos enfants font des activités sportives ? Lesquels ?

Mes adresses de restaurants Kid’s Friendly en Brabant Wallon et à Bruxelles

En tant que maman hyperactive, je ne tiens pas en place. J’aime profiter de la vie, sortir, me balader, découvrir de nouveaux endroits, aller boire un verre. Et quand j’ai ma marmaille, je ne change pas mes habitudes. Que du contraire, je profite de mes moments avec eux pour faire un tas d’activités et aller manger à l’extérieur, avec eux et avec des amis, en famille, …. Mais encore faut-il trouver des endroits adaptés aux enfants. Parce que débarquer en groupe avec 3, 4, 5 , 6 voir 8 enfants ne se fait pas chaleureusement partout.

Alors pour éviter les mauvaises surprises et les remarques désobligeantes, il m’est avis qu’il vaut mieux profiter d’endroits qui aiment les enfants et qui organisent des espaces et des commodités pour eux, histoire d’avoir la garantie de passer un moment agréable et sympathique pour les petits et les grands !

C’est pourquoi aujourd’hui, je partage avec vous mes bonnes adresses Kid’s Friendly sur le blog, principalement sur le Brabant Wallon, qui est depuis quelques mois la région où je vis ma nouvelle vie .

Voici mes adresses enfants admis !

Schevelavabo La Hulpe :

Cette brasserie à la décoration rétro et sympathique possède tout ce dont on peut rêver quand on veut profiter d’un repas simple et copieux avec des enfants et entres amis : Une plaine de jeux extérieure, une chouette terrasse, une salle de jeux intérieure, une carte de spécialités belge, gourmande et faite maison telle que du vol-au-vent, des boulettes-frites-sauce tomate, des hamburger maison, des salades composées. ils ont même des mojitos sympa spour les apéros entres copines ( à consommer avec modération, je te rappelle que tu as les enfants )

Et en plus, ils ont un humour est assez décalé !

adresse : Rue F. Dubois 1, 1310 La Hulpe

Le brunch du dimanche à  » La pomme  »

Le dimanche, Le Bistro  » La pomme  » Propose un brunch chaud et froid plutôt varié et très sympa pour les familles. Et les enfants y sont les bienvenus ! Plaine de jeux extérieure, chaises enfants, toussa toussa. Une bonne idée s’il fait beau et que tu veux aller bruncher sans devoir garder tes enfants sagement à table .

adresse : chaussée de Tervuren 171, 1410 waterloo

La Brasserie Restauration nouvelle :

Cette Brasserie chic et moderne de Waterloo propose des plats savoureux et généreux aussi bien pour les petits et les grands. et ils ont bien pensés aux plus petits : petites salle aménagée à l’intérieur, plaine de jeux à l’extérieur, tout est mis en oeuvre pour que toute la famille passe un bon moment et prenne un bon repas . Il y a aussi une terrasse chauffée et un sympathique bar à l’étage ( et oui, ils servent du mojito ! )

adresse : Chaussée de Bruxelles 35, 1410 Waterloo

Le chalet Robinson :

Situé aux alentours de Bruxelles, le chalet Robinson est un établissement assez magique sur une ile du bois de la cambre, où vous pourrez prendre un repas ou un goûter après une bonne balade, en admirant les cygnes et les canards . Les brunchs du dimanche y sont gourmantissimes, l’endroit superbe et chaleureux, et quand le temps le permet on peut même faire un petit tour sur le lac en barque ou profiter de la terrasse pendant que les enfants s’amusent à la plaine de jeux.

Bref, un endroit assez féerique et bucolique idéal pour les dimanches d’automne ensoleillés !

adresse : Sentier de l’Embarcadère 1, 1000 Bruxelles.

Êt vous , quelles sont vos bonnes adresses Kid’sFriendly près de chez vous ?

7 Conseils pour faire vivre au mieux la séparation des parents aux enfants

Les ruptures amoureuses ne sont simples pour personne. Que ce soit pour celui qui part ou pour celui qui est laissé. cette expérience crée obligatoirement une déchirure . On était un couple , on en est plus un.

Lorsque nous sommes parent en plus d’être un couple qui se sépare, cela complique forcément les choses. Premièrement parce que même si le couple amoureux n’existe plus, le couple parental est toujours d’actualité, ce qui implique que ces 2 personnes devront continuer à exister et communiquer ensemble, d’une manière ou d’une autre. et ce n’est pas toujours très facile, surtout au début.

Deuxièmement parce que quoi que tu fasses, le parent de ton enfant restera le parent de ton enfant, que cela te plaise ou non. ( je n’ai pas dit que cela ne me plaisait pas de mon côté attention, je parle pour la généralité et l’effet de style ) ( on ne sait jamais que ce soit mal pris ) ( bordel t’as vu, je recommence avec ma manie des parenthèses ) .

Troisièmement parce que lorsqu’un couple se sépare, s’il a des enfants, c’est toute la famille qui encaisse et qui doit se reconstruire, les enfants au milieu de tout cela .

Il est donc important de les accompagner et de les  » préserver  » au mieux de tout ce changement . non pas que je dise qu’il faille les enfermer dans une bulle de verre et les épargner de la vraie vie ou faire toute en fonction d’eux. Si je pensais comme cela, je n’aurais pas quitter mon mari, je serais rester pour les épargner et ne pas avoir à partager mes enfants . Quand je dis épargner, je veux parler d’attitude à adopter pour que les enfants s’adaptent avec le plus de facilités possibles à cet énorme changement de vie.

Aujourd’hui sur le blog, je voulais vous donner quelques conseils d’attitudes positives à adopter que les enfants vivent au mieux la séparation.

Expliquez-leur la situation avec des mots simples : adaptez votre discours selon l’âge de vos enfants, mais ne commencez pas à rentrer dans des longs discours interminables. Il est bien entendu important de leur dire la vérité, mais avec des mots qu’ils comprendront .

Rassurez-les ! Les enfants ont souvent besoin d’être rassurés sur les sentiments que vous éprouvez pour eux. Alors dites leurs bien que papa et maman les aiment et qu’ils les aimeront toujours, et que la séparation ne change RIEN au sentiment d’amour que vous éprouvez pour eux. parce qu’après tout, ce sont eux les amour de votre vie. alors dites leurs que vous les aimez, plus que de raison, ils en auront besoin.

Ne dites jamais de mal sur l’autre parent en la présence des enfants : Les cas de séparation menent parfois à ne plus supporter l’ancien conjoint ( en même temps si c’était le Big love vous ne vous seriez pas séparés ) . vos sentiments vous appartiennent et si dans votre cœur l’ancien(ne) compagn(on)e porte désormais le doux surnom de  » l’autre con(ne)  » , gardez-le pour vous . Pour vos enfants, c’est leur papa-maman. soyez adulte et intelligent et ne dites que du bien de l’autre parent. et si vous n’y arrivez pas, et bien ne dites rien . et si cela vous démanche vraiment trop téléphonez à votre mère une fois les enfants au lit, elle sera d’office d’accord avec vous ! ( ben oui, c’était la belle-mère de ton ex )

Ne vous disputez pas devant les enfants : Lors de l’échange de garde, il peut être fort tentant de profiter de voir l’ancien compagnon pour parler de sujets divers, comme  » tu ne m’as pas rendu son pull dimanche passé  » ou  » tu es 10 minutes en retard pour venir les chercher – me les rapporter  » , j’en passe et des meilleurs . Imaginez un peu 2 minutes vos enfants au milieu de cela. Privilégiez donc les discussions par téléphone, par mail ou messages, lorsque les enfants ne sont pas présents il va de soi, et insultez -vous avec cœur et ferveur si vous le souhaitez. mais JAMAIS devant eux. vous êtes leurs 2 parents, ils vous aiment autant l’un que l’autre etvous vour et vous entendre vous traiter de tous les noms n’ est en rien bénéfique à leur bien- être psychologique. ou louez un ring de boxe, histoire de sortir l’animosité une bonne fois et se défouler .

Systématisez les gardes : Pour le bien de l’enfant et son équilibre, il est intéressant qu’un jour et une heure la plus récurrente possible soit appliquée, comme par exemple tous les lundis à 18h, les dimanches à 16h, ou autre. faites comme vous voulez mais trouvez un accord facile pour que l’enfant sache toujours quand il va chez l’autre parent. et si vous désirez vraiment vous disputez, trouvez un autre sujet comme les allocs ou qui reprend le meuble trop laid que tata Gertrude nous a offert à notre mariage- toi-moi toi c’est ta tante- non toi .

Ne vous confiez pas à votre enfant : La séparation est une étape difficile, et qui plus est les enfants posent beaucoup-énormément de questions auxquelles il est important de répondre avec honnêteté et bienveillance. Mais il est je pense préférable d’éviter de rentrer dans les détails de la séparation . ces sont des enfants qui ont besoin de comprendre, pas des psys qui vont vous psychanalyser. alors certes l’oreille attentive de votre fille est gratuite alors que votre psy vous délestera de 75 boules juste pour que vous puissiez pleurer sur son épaule de tout votre malheur, mais une meilleure amie et un mojito vous apporterons le même soutien en bien moins cher ( et en prime vous pourrez insulter votre ex avec elle, et ça c’est trop cool ) ( oui parce que vous ne pouvez pas insulter votre ex devant votre enfant cfr. le conseil n*3 ) .

Faites en sorte de vous entendre au mieux au sujet et pour les enfants : parce qu’au final, que vous soyez séparés est une chose, mais n’oubliez jamais qu’un jour, vous vous êtes tellement aimés que vous avez fait des enfants ensemble. et à défaut de réussir son couple amoureux, on peut tenter de réussir son couple parental. ça demande juste un peu de communication et de bons sentiments .

Il est bien entendu que je ne suis pas psychologue et que c’est article est tourné de façon légèrement humoristique. Cela révèle des faits generaux et ne se réfère pas forcement à mon experience personne.après toutes ces années tu sais que j’ai un humour tout pourri. mais peux-tu que ces conseils peuvent en aider certain(e)s d’entre-vous ?

images6BZM44ZJ

Partir à la montagne pour se ressourcer et prendre un nouveau départ

Les derniers mois sont assez fort et chargés en émotions, vous le savez . Refaire une nouvelle vie, se re-organiser, faire face à un tas de choses pas vraiment agréables, à des tensions et essayer de garder la tête haute tout en ayant confiance en l’avenir et en ses choix n’est pas toujours chose aisée .

et même si j’ai eu la chance de déjà partir quelques petits jours par-ci et là, je ne me sens pas vraiment recentrée. et surtout, mes longs week-ends ont été pris sans la marmaille. garde alternée, organisation, toussa toussa. Cela dit, j’ai déjà passé de très chouettes moments avec eux dans mon nouveau chez moi, afin qu’ils s’imprègnent de cet endroit comme étant aussi leur nouveau chez eux, mais maintenant que c’est chose faite, je rêve de passer un moment de dépaysement total.

Un moment rien qu’à nous où nous pourrons être ensemble vraiment, et où ils pourront aussi s’aérer le corps et l’esprit, découvrir des nouvelles activités, vivre des moments ressourçant et heureux.

Après avoir bien cherché, j’ai donc choisi d’emmener la marmaille à la montagne, dans le village club du soleil des arc 1800 . Parce que pour moi il n’y a certainement pas plus apaisant et ressourçant que l’immensité de la montagne, parce que j’ai envie et besoin d’un GRAND bol d’air pur, parce que ce sont mes meilleurs souvenirs de vacances étant enfant et parce que je sais que mes enfants sont vivre un séjour superbe au plus près de la nature et parce qu’en plus la station des Arcs se trouve à quelques pas de la frontière italienne, ce qui nous garanti des paysages somptueux ET du soleil . Et rien que ça c’est juste Waouw !

Nous partons donc d’ici 3 semaines à près de 1000 km de chez nous pour vivre une semaine de vacances en famille, et pour la marmaille ce sera la première fois qu’ils découvriront les joies de la montagne.

J’ai aussi choisi cette destination afin de satisfaire mes petits hyper-actifs toujours avides d’activités. je n’ai pas encore  » organisé  » le programme de notre séjour ( et puis bon c’est quand même les vacances quoi ) mais je sais que nous ne resteront pas à rien faire . promenades, VTT ( l’ainé ADORE ) , piscine , golf, visites des environs , tennis, cirque, trampolines, parc aventure, beach volley , sans compter les animations organisées le soir par le village ….. on ne peut pas s’ennuyer ! ( Si vous vous demandez encore pourquoi mes enfants sont hyper-actifs ne cherchez plus ) .

Quand je fatiguerai ou que je voudrai prendre un peu de temps pour moi et profiter par exemple de l’espace détente et bien -être ( ce que je compte bien faire, vous me connaissez ) , je pourrai confier la marmaille en toute confiance aux animateurs des clubs enfants ( pour les enfants de 3 mois à 18 ans , il y a de quoi faire )

Et pour ne pas me prendre la tête avec les repas, j’ai pris la formule repas tout compris. Parce que la montagne ça creuse, mais ça fatigue aussi ! et comme ce sont les vacances pour tout le monde je n’ai nullement l’envie de passer mon temps à faire les courses et à faire à manger .

J’ai hâte d’y être, de profiter de mes enfants au complet et de leur faire découvrir la beauté et les joies de la montagne ! Et j’avoue que je compte bien sur ce sejour pour que nous ressortions la tête vidée, aérée et pleine d’ondes positives pour voir la rentrée sous son meilleur jour !

Et vous, vous êtes déjà partis à la montagne en vacances ? Vous aimez ?

La vie est un chemin.

 

l’annonce de ma séparation avec papa débordé et mon article sur la garde alternée a créé beaucoup de réactions par ici et sur Facebook . j’ai reçu des centaines de commentaires, de témoignages, de réactions . Des mères séparées, des mères célibataires, des mères de familles recomposées, des mères toujours en couple avec le papa de leurs enfants . Des mamans de tout horizons .

J’ai aussi reçu des centaines de messages privés . Certains messages étaient là pour m’encourager, d’autres pour comprendre pourquoi, et beaucoup pour me partager un désarroi . Ce Désarroi, c’est celui de mères qui me disaient qu’elles n’étaient plus heureuses, pour certaines depuis longtemps, avec le papa de leurs enfants. Qu’elles pensent à les quitter mais hésitent . Qu’elles ne savent pas si c’est une bonne chose, ou pas, si elles ne vont pas faire pire que mieux . Et puis elles pensent à leurs enfants et ont peur de les perturber .

Je n’ai pas répondu à ces messages . Pardon . Mais voyez-vous, c’est que j’ai d’abord été très surprise et débordée par le nombre de messages, qu’il me manque du temps et qu’à vrai dire je ne savais pas trop quoi répondre .Mon histoire est particulière, comme chaque histoire . Et soyons honnête et pragmatique, les procédures de divorce ne permettent pas une grande liberté d’action et d’écriture .

Je ne veux pas du tout faire l’apologie de la séparation, bien loin de là . Car se séparer de son conjoint, qui plus est du père de ses enfants, est une décision importante, lourde de sens et d’impacts, qui vous changera vous mais forcement toute votre famille .

 Vous le savez, c’est une décision que j’ai prise moi-Même . La dure loi de la vie de couple étant que l’on doit être 2 pour vivre un couple, mais un seul pour le terminer. J’ai vécu presque 17 ans de vie avec le papa de ma marmaille. Nous avons vécu de très bons moments, dont la naissance de nos 3 merveilles qui restera le plus joli cadeau que l’on se soit fait . On s’est aimé beaucoup, énormément . On a aussi vécu des moments difficiles . Et je dirais que sur plusieurs aspects, nous sommes simplement arrivés au bout de notre chemin de couple . Je ne peux pas vraiment rentrer plus dans les détails de cette séparation.

Mais si je devais vous dire une seule chose  pour répondre à vos messages, c’est que la vie est un chemin. Ce chemin, nous le choisissons au départ comme étant le meilleur pour la vie que nous imaginons construire et ce que nous voudrions faire. Nous pensons à une destination idéale .

On passe du temps à chercher le chemin, on arpente les rues et la vie, on en trouve de jolis, on s’égare aussi dans des petites ruelles sombres . Parfois aussi on peut se tromper d’itinéraire, tomber et se relever .  Cette vie, peut être des plus confortables et vous faire marcher le pas et le cœur léger . Mais parcourir un chemin, c’est aussi apprendre, à se connaître tout d’abord, se rendre compte que finalement, cette vie n’est pas si confortable, on peut alors remarquer que vos pieds sont pleins de cloches et des blessures parce que le chemin est plus rude que prévu, qu’au fur à mesure on s’use de plus en plus . ou plus simplement que malgré le confort de cette vie, elle ne vous correspond pas , ou plus . Parce que le chemin nous a changé et que l’on aspire à autres choses, à d’autres paysages . Bref, une multitudes de possibilités qui peuvent nous faire réfléchir.

Alors quand on en arrive là, il y a 2 Décisions possibles : Soit on reste sur le chemin malgré tout et on continue à avancer , contre vents et marées, quitte à se blesser davantage,  pour peut être à un moment retrouver sa route ou au contraire se perdre à jamais.

Soit on se dit que l’on peut-veut- doit tout changer, de choix  et d’itinéraires, quitte à se tromper  pour peut être se trouver sur un chemin de vie qui nous correspond davantage ou au contraire regretter l’ancien chemin .

En fait, il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises décisions, ni de bons ou de mauvais chemins .

La seule chose qui existe vraiment ce sont les choix que l’on fait, et ces choix-là, je vous le jure, doivent être pris avec le cœur et avoir un seul but : le BONHEUR . Cette recherche du bonheur est intense, prenante, éprouvante et vous demandera tantôt d’être très altruiste, tantôt d’être très égoïste .

Alors finalement, la seule chose que je peux vous conseiller, ce n’est ni de partir ni de rester, mais d’écouter votre cœur et de ne chercher qu’une chose : LE BONHEUR .

Et la réponse vous apparaitra claire ( ou presque )

 

imagesETYK9JH4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La garde alternée ou le grand méchant jugement de la mère

Le quotidien d’une maman séparée tourne autour de plusieurs choses : ses enfants, son boulot, l’organisation nouvelle, sa vie avec ses enfants, et la vie sans ses enfants . Pour certaines 6 jours sur 15, 5 jours sur 15, ou  en garde alternée totale, c’est à dire aune semaine sur 2.  Donc, si tu calcule bien, tu as tes enfants une semaine, ensuite ils sont chez leur papa une semaine .

Nous avons choisi ce mode de garde .

Alors la semaine où je les ai , je m’occupe d’eux au max, je gères ma vie de maman, je prends un maximum de bonheur et de bon temps avec eux en fait vivre et menourrir de leurs sourires .

et la semaine où je ne les ai pas , et bien il y 2 options : s’enfermer jusqu’à leur retour en mangeant des paquets de bonbons de 2kg en matant Les feux de l’amour et sniffer leurs pyjamas , ou se dire que tu peux sortir, rencontrer des gens, pourquoi pas voyager . en fait vivre d’autres bonheurs .

Personnellement j’ai choisi la 2ème option. C’est pour moi la plus vivable et la plus intéressante à vivre . parce que je ne suis pas qu’une mère  et que je refais ma vie de femme.

Sache une chose, c’est que si tu choisis la 2 eme option,  tu risques fortement de te heurter à quelques réflexions, du genre que tu as l’air  plutôt heureuse de ne pas avoir tout le temps tes enfants. Parce que vois -tu , si tu ne pleures pas toutes les larmes de ton corps quand tu n’as pas tes enfants, t’es une mauvaise mère . Surtout si c’est toi qui demande le divorce- la séparation . Bah voyons .

Soyons honnête , avoir un peu de temps pour soi est agréable , les 2-3 ou 4 premiers jours . Mais la garde alternée c’est aussi avoir le cœur qui pince quand tu  » rends  » tes enfants ,  Savoir que tu les partageras le reste de ta vie, avoir un manque dans le creux du ventre, se demander comment ils vont et être d’une impatience folle à l’approche des retrouvailles.

Alors tu me diras que la mère peut garder la garde principale des enfants, que rien ne remplace une mère. Sauf qu’en 2017 les pères ont une place , et que je trouve important que le père de mes enfants, peu importe le pourquoi et les raisons de notre séparation, a  le droit et le devoir d’avoir ses enfants et de les voir autant que moi . Parce que c’est leur papa. Parce que c’est un bon papa. Parce qu’il est aussi impliqué que moi dans leur vie et que ce n’est pas parce que je les ai porté qu’il doit être mis au second rôle . Parce qu’il les aime .

Donc non, je ne pleure pas quand je n’ai pas mes enfants . Oui , je sors, je ris, je danse, je bois des verres, je fais la fête, du shopping, des expéditions, je voyage ( présentement je suis en vacances d’ailleurs, sans mes enfants ) , je rencontre des gens, je bosse beaucoup plus aussi ( j’ai aménagé mes horaires selon ma garde ) ( oui j’ai de la chance ) , je vis . 

Oui ils me manquent, oui je suis heureuse de les récupérer, oui j’en profite 2x plus quand je les ai , histoire qu’on ai tous des bons souvenirs ensemble en prévision de la semaine où l’on ne sera pas ensemble, oui je sniffe leur pyjama parfois quand ils me manquent trop.
Alors pour répondre à  la question, je ne m’occupe pas moins de mes enfants, je m’en occupe différemment, je gère le temps car je sais qu’il nous est imparti . je les aime INFINIMENT et même si j’ai pris la décision de la séparation ils ne me manquent pas moins pour autant . j’ai fait un choix qui ne fait pas de moi une mère qui délaisse ses enfants . je pourrais même vous dire  » Que du contraire !  » mais ce sera un autre débat pour un prochain article peut être 🙂

Mais les mamans ne sont aujourd’hui plus les seules à s’occuper de leurs enfants et les papas ont une place importante à tenir dans la vie de leurs enfants, et je ne compte pas leur en priver .

 

parents