La vie est un chemin.

 

l’annonce de ma séparation avec papa débordé et mon article sur la garde alternée a créé beaucoup de réactions par ici et sur Facebook . j’ai reçu des centaines de commentaires, de témoignages, de réactions . Des mères séparées, des mères célibataires, des mères de familles recomposées, des mères toujours en couple avec le papa de leurs enfants . Des mamans de tout horizons .

J’ai aussi reçu des centaines de messages privés . Certains messages étaient là pour m’encourager, d’autres pour comprendre pourquoi, et beaucoup pour me partager un désarroi . Ce Désarroi, c’est celui de mères qui me disaient qu’elles n’étaient plus heureuses, pour certaines depuis longtemps, avec le papa de leurs enfants. Qu’elles pensent à les quitter mais hésitent . Qu’elles ne savent pas si c’est une bonne chose, ou pas, si elles ne vont pas faire pire que mieux . Et puis elles pensent à leurs enfants et ont peur de les perturber .

Je n’ai pas répondu à ces messages . Pardon . Mais voyez-vous, c’est que j’ai d’abord été très surprise et débordée par le nombre de messages, qu’il me manque du temps et qu’à vrai dire je ne savais pas trop quoi répondre .Mon histoire est particulière, comme chaque histoire . Et soyons honnête et pragmatique, les procédures de divorce ne permettent pas une grande liberté d’action et d’écriture .

Je ne veux pas du tout faire l’apologie de la séparation, bien loin de là . Car se séparer de son conjoint, qui plus est du père de ses enfants, est une décision importante, lourde de sens et d’impacts, qui vous changera vous mais forcement toute votre famille .

 Vous le savez, c’est une décision que j’ai prise moi-Même . La dure loi de la vie de couple étant que l’on doit être 2 pour vivre un couple, mais un seul pour le terminer. J’ai vécu presque 17 ans de vie avec le papa de ma marmaille. Nous avons vécu de très bons moments, dont la naissance de nos 3 merveilles qui restera le plus joli cadeau que l’on se soit fait . On s’est aimé beaucoup, énormément . On a aussi vécu des moments difficiles . Et je dirais que sur plusieurs aspects, nous sommes simplement arrivés au bout de notre chemin de couple . Je ne peux pas vraiment rentrer plus dans les détails de cette séparation.

Mais si je devais vous dire une seule chose  pour répondre à vos messages, c’est que la vie est un chemin. Ce chemin, nous le choisissons au départ comme étant le meilleur pour la vie que nous imaginons construire et ce que nous voudrions faire. Nous pensons à une destination idéale .

On passe du temps à chercher le chemin, on arpente les rues et la vie, on en trouve de jolis, on s’égare aussi dans des petites ruelles sombres . Parfois aussi on peut se tromper d’itinéraire, tomber et se relever .  Cette vie, peut être des plus confortables et vous faire marcher le pas et le cœur léger . Mais parcourir un chemin, c’est aussi apprendre, à se connaître tout d’abord, se rendre compte que finalement, cette vie n’est pas si confortable, on peut alors remarquer que vos pieds sont pleins de cloches et des blessures parce que le chemin est plus rude que prévu, qu’au fur à mesure on s’use de plus en plus . ou plus simplement que malgré le confort de cette vie, elle ne vous correspond pas , ou plus . Parce que le chemin nous a changé et que l’on aspire à autres choses, à d’autres paysages . Bref, une multitudes de possibilités qui peuvent nous faire réfléchir.

Alors quand on en arrive là, il y a 2 Décisions possibles : Soit on reste sur le chemin malgré tout et on continue à avancer , contre vents et marées, quitte à se blesser davantage,  pour peut être à un moment retrouver sa route ou au contraire se perdre à jamais.

Soit on se dit que l’on peut-veut- doit tout changer, de choix  et d’itinéraires, quitte à se tromper  pour peut être se trouver sur un chemin de vie qui nous correspond davantage ou au contraire regretter l’ancien chemin .

En fait, il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises décisions, ni de bons ou de mauvais chemins .

La seule chose qui existe vraiment ce sont les choix que l’on fait, et ces choix-là, je vous le jure, doivent être pris avec le cœur et avoir un seul but : le BONHEUR . Cette recherche du bonheur est intense, prenante, éprouvante et vous demandera tantôt d’être très altruiste, tantôt d’être très égoïste .

Alors finalement, la seule chose que je peux vous conseiller, ce n’est ni de partir ni de rester, mais d’écouter votre cœur et de ne chercher qu’une chose : LE BONHEUR .

Et la réponse vous apparaitra claire ( ou presque )

 

imagesETYK9JH4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La garde alternée ou le grand méchant jugement de la mère

Le quotidien d’une maman séparée tourne autour de plusieurs choses : ses enfants, son boulot, l’organisation nouvelle, sa vie avec ses enfants, et la vie sans ses enfants . Pour certaines 6 jours sur 15, 5 jours sur 15, ou  en garde alternée totale, c’est à dire aune semaine sur 2.  Donc, si tu calcule bien, tu as tes enfants une semaine, ensuite ils sont chez leur papa une semaine .

Nous avons choisi ce mode de garde .

Alors la semaine où je les ai , je m’occupe d’eux au max, je gères ma vie de maman, je prends un maximum de bonheur et de bon temps avec eux en fait vivre et menourrir de leurs sourires .

et la semaine où je ne les ai pas , et bien il y 2 options : s’enfermer jusqu’à leur retour en mangeant des paquets de bonbons de 2kg en matant Les feux de l’amour et sniffer leurs pyjamas , ou se dire que tu peux sortir, rencontrer des gens, pourquoi pas voyager . en fait vivre d’autres bonheurs .

Personnellement j’ai choisi la 2ème option. C’est pour moi la plus vivable et la plus intéressante à vivre . parce que je ne suis pas qu’une mère  et que je refais ma vie de femme.

Sache une chose, c’est que si tu choisis la 2 eme option,  tu risques fortement de te heurter à quelques réflexions, du genre que tu as l’air  plutôt heureuse de ne pas avoir tout le temps tes enfants. Parce que vois -tu , si tu ne pleures pas toutes les larmes de ton corps quand tu n’as pas tes enfants, t’es une mauvaise mère . Surtout si c’est toi qui demande le divorce- la séparation . Bah voyons .

Soyons honnête , avoir un peu de temps pour soi est agréable , les 2-3 ou 4 premiers jours . Mais la garde alternée c’est aussi avoir le cœur qui pince quand tu  » rends  » tes enfants ,  Savoir que tu les partageras le reste de ta vie, avoir un manque dans le creux du ventre, se demander comment ils vont et être d’une impatience folle à l’approche des retrouvailles.

Alors tu me diras que la mère peut garder la garde principale des enfants, que rien ne remplace une mère. Sauf qu’en 2017 les pères ont une place , et que je trouve important que le père de mes enfants, peu importe le pourquoi et les raisons de notre séparation, a  le droit et le devoir d’avoir ses enfants et de les voir autant que moi . Parce que c’est leur papa. Parce que c’est un bon papa. Parce qu’il est aussi impliqué que moi dans leur vie et que ce n’est pas parce que je les ai porté qu’il doit être mis au second rôle . Parce qu’il les aime .

Donc non, je ne pleure pas quand je n’ai pas mes enfants . Oui , je sors, je ris, je danse, je bois des verres, je fais la fête, du shopping, des expéditions, je voyage ( présentement je suis en vacances d’ailleurs, sans mes enfants ) , je rencontre des gens, je bosse beaucoup plus aussi ( j’ai aménagé mes horaires selon ma garde ) ( oui j’ai de la chance ) , je vis . 

Oui ils me manquent, oui je suis heureuse de les récupérer, oui j’en profite 2x plus quand je les ai , histoire qu’on ai tous des bons souvenirs ensemble en prévision de la semaine où l’on ne sera pas ensemble, oui je sniffe leur pyjama parfois quand ils me manquent trop.
Alors pour répondre à  la question, je ne m’occupe pas moins de mes enfants, je m’en occupe différemment, je gère le temps car je sais qu’il nous est imparti . je les aime INFINIMENT et même si j’ai pris la décision de la séparation ils ne me manquent pas moins pour autant . j’ai fait un choix qui ne fait pas de moi une mère qui délaisse ses enfants . je pourrais même vous dire  » Que du contraire !  » mais ce sera un autre débat pour un prochain article peut être 🙂

Mais les mamans ne sont aujourd’hui plus les seules à s’occuper de leurs enfants et les papas ont une place importante à tenir dans la vie de leurs enfants, et je ne compte pas leur en priver .

 

parents

 

 

 

 

 

Celle qui ne portait plus d’alliance

Vous l’avez vu, la page et le blog on été un peu déserté ces dernières semaines . Je n’ai plus écrit ici depuis un bon bout de temps et je recommence à peine à re-publier sur la page et instagram.

Je vous en ai un peu parlé sur la page, il y a de gros changements dans ma vie qui m’ont poussées à mettre le virtuel de côté pour se concentrer sur la vraie vie, et en l’occurrence quand elle te réserve des changements majeurs .

En effet, papa débordé et moi nous séparons . C’est une décision que j’ai prise moi, pour des raisons que je préfère laisser dans le domaine privé pour l’instant, par respect pour mes enfants, pour papa débordé et pour ce que nous vivons . Mais je peux juste dire que cette séparation est le résultat d’une vie pleine de bonheur, d’amour, de joies, mais aussi de moments plus difficiles et de couacs, comme dans tous les couples.

Actuellement, mon quotidien est donc plus mouvementé, entre les démarches, l’organisation des gardes alternées, les frais, les changements, la mise en place, …..

Il est clair que c’est aussi et surtout un changement pour la marmaille, qui forcément se retrouve au milieu de parents qui se séparent . De notre côté, papa débordé et moi faisons tout notre possible pour que cette séparation se passe le plus sereinement possible pour nos enfants .

Les choses vont vite, et le rythme est donc prenant . C’est une nouvelle vie et une nouvelle organisation à voir, à prévoir, à avoir. un nouveau équilibre à chercher, de nouveaux bonheurs à trouver.

C’est un cap à presque 33 ans, 3 enfants et plus de 16 ans de couple.

Je ne sais pas encore très bien quel chemin m’attend. je sais qu’il sera pentu et semé d’embuches, mais je veux croire que le bonheur est au détour de ce virage à 180 °.

Voila vous savez tout, ou presque .

Petit à petit, le blog va reprendre vie, certainement d’une façon différente .

 

à tout bientôt pour de nouvelles aventures !

 

Toutes ces choses que les femmes qui travaillent vivent au quotidien ( et même que c’est pas facile tous les jours )

Je sais que je vais encore me faire traiter de féministe à 2 balles, mais aujourd’hui je vais parler du sujet sensible de la place des femmes sur le marché du travail .

Parce que oui, être une femme et une maman est VRAIMENT un défi quand on travaille ou quand on cherche du travail . Et le défi,  ce n’est pas toujours tellement de s’organiser, mais c’est finalement de faire sa place et de se faire respecter en tant que travailleur ou futur travailleur compétent pour ton ( futur ) employeur, équipe, collègue, supérieur, subalterne, clients, fournisseurs et j’en passe .

Parce que le quotidien d’une femme, ça peut ressembler à un parcours du combattant quand :

  • Lors d’un entretien d’embauche ou de demande de changement d’emploi au sein de la société où l’on travaille, on te refuse le poste parce que, bien qu’ils louent vos compétences professionnelles,  les RH  préfèrent ne pas suivre votre candidature parce que vous n’êtes pas assez  » flexible  » vu votre vie de famille. Ou parce que vu ton âge tu risque de vouloir des enfants bientôt.  Ou parce que tu en as trop. Ou pas assez.  Bref. 

 

  • ton Boss s’inquiète de ton envie d’avoir ( encore ) un autre enfant, parce que bon, le congé maternité ça n’arrangerait pas trop la croissance de la société , et s’inquiète que tu sois potentiellement trop souvent absente parce que bon, les enfants ça tombe vite malade ,…… donc,  ton utérus est presque soumis à une enquête interne.

 

  • Tu dois te manger les commentaires grivois et désobligeants si tu as le malheur de porter une jupe un peu courte ( selon leurs critères, c’est à dire, en gros, au dessus du genoux ) , un peu moulante, une jolie robe ou un décolleté qui laisserait légèrement entrevoir le fait que tu ais une poitrine, de jolies chaussures à talons qui mettraient tes jambes en valeur. oui , même en été, pour être tranquille sors ton col roulé !

 

  • On chante les louages de ton compagnon lorsque tu dis qu’il va rechercher les enfants à l’école ou que c’est lui qui s’occupe du repas du soir. Personnellement, je n’ai jamais entendu quiconque se pâmer du fait qu’une femme s’occupe de la préparation d’un repas. Ben oui, c’est le taf de la femme les repas, à la base ……

 

  • On te paie jusqu’à 25% en moins que ton collègue et homologue masculin , qui fait le même travail que toi , juste parce que lui a une paire de couilles. Sans compter le fait qu’on lui proposera plus facilement et rapidement une augmentation ainsi qu’une évolution de poste .

 

  • On va te traiter de folle ou de mère indigne si tu émets l’envie ou le fait que tu bosses à temps plein, parce que tes pauvres enfants n’auraient besoin que d’une chose selon la société, leur mère . Mais attention,  parce que si tu demandes un aménagement d’horaire ou un temps partiel, un congé parental ou autre chose, tu te mangeras des commentaires disant , en gros que  » tu vois tu ne gères pas ta vie donc tu demandes un changement  » et bim c’est mal vu . Et bim ça va te bloquer ta carrière. Parce que tu seras vue comme une incompétente .

 

  • On te tape dans le nez que  » ouais mais vous avez voulu l’égalité , il faut gérer hein maintenant  » . Mais que l’égalité s’arrête juste sur le pas de la porte de la maison parce que chez toi , c’est toi qui te tapes tout le boulot.

 

  • On te trouveras folle si tu as un projet d’entrepenariat ou si tu te lances comme indépendante ( ben oui, qui va s’occuper des enfants ? ) alors qu’un homme lançant sa propre boite sera vue comme un truc génial et courageux ( et on ne lui demandera jamais qui s’occupe de ses enfants )

 

Donc oui, on est en 2017, mais oui, il y a encore un maximum de choses à changer pour les droits de la femme au travail . Il y a encore des portes à ouvrir à coups de pieds , non ?

102152626

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment savoir si l’envie de bébé est VRAIMENT derrière toi ?

D’aussi loin que je me souvienne , j’ai toujours eu en moi cette envie, ce besoin d’enfanter. Comme une boule au ventre juste là , à l’intérieur de moi, qui te fait fourmiller les ovaires, une petite voix qui te crie : du bébé , du bébé ! et te fait repérer le moindre moufflet, chaque femme enceinte à 4 km à la ronde, qui te fait suspecter la grossesse même d’une femme constipée ( c’est fin ça se mange sans faim ) .

Après un début plus que difficile, j’ai eu 1 enfant. et la voix était toujours là, malgré la fatigue, le baby blues de la mort qui tue au bout des lèvres,  me poussant à me reproduire encore . 1 fausse couche et 18 mois après l’ainé, 2 ème  grossesse. Alitée cette fois, sous haute surveillance. J’ai eu mon 2eme enfant . Et la voix était toujours là.

Un burn-out, une ré-orientation professionnelle, des soucis médicaux et familiaux n’ont pas eu raison de cette voix. Elle était toujours là, elle voulait du bébé , du tout chaud du tout neuf, du qui braille et qui ne fait pas ses nuits .

3 ans après MissMiddle, Re -enceinte. l’appel était TROP  fort . Et puis Ptitedernière .

Et la petite voix à fermé sa gueule ( tu as remarquée que je suis pleine de poésie ce soir ) .

Alors quand beaucoup attendent avec impatience que je leur disent que je veux un nouveau bébé, ou comment je sais que je n’en veux plus , j’ai voulu écrire sur les signes qui peuvent t’aider à  savoir si l’envie de bébé est VRAIMENT derrière toi ? :

Ton radar à ventre rond s’est éteint : Tu ne remarques plus les femmes enceintes autour de toi  . et si tu les vois brièvement dans ton sciage,  rien qu’imaginer comment et par où elle va devoir sortir ce bébé te donne la chair de poule .

Tu ne frétilles plus du cul au rayon layette : Alors que tu aurais bien dépensé  l’équivalent du PIB du Guatemala en bodys et petits pyjamas trop mignon avant, Aujourd’hui tu remarques surtout la quantité de lessives incroyables qu’on peut faire par jour quand on a des enfants.

Tu veux te refaire une vie sociale : Après quelques années à avoir changé des couches, fait des areuh areuh et préparés des pots carottes -panais pendant des années, tu ne rêves que d’une chose : sortir ! aller au resto entre amis, aller boire un verre, danser jusque toutes les heures ( et avoir très mal à la tête )  de temps en temps , parce que ça fait du biennnnnnnnn d’être autre chose qu’un parent.

Tu as peur de tomber enceinte : Ta plus grande peur ? Que ta contraception te lâche et de re-tomber enceinte. Parce que tu aimes tes enfants mais tu ne veux plus JAMAIS en avoir, et surtout avoir à ensortir . alors tu penses sérieusement à la ligature des trompes ou a la vasectomie de ton cher et tendre, histoire d’être certaine d’éliminer le risque de grossesse à jamais.

Tu donnes les petits vêtements bébé :  tu tries et tu donnes tout ce qui est trop petit sans une larme ( allez une toute petite ) parce que de toute façon tu sais que ces vêtements vont prendre la poussière dans ton grenier. Alors autant en faire profiter d’autres petits bébés tout chaud . En plus ça fait plaisir de revoir des petits tenues sur des bébés qu’on ne doit pas supporter toute la journée .

Voir un bébé ne te remues plus les tripes : autant avant tu sentais tes ovaires danser la samba dés que tu voyais un tout petit , autant maintenant, tu le trouves certes mignon, mais il suffit qu’il pleure ou grimace pour que tu te sentes ventiler. à croire que tes hormones de reproduction se sont barrer en vacances à Cuba.

Tu recommences à faire des ( minis ) grass’matinées : et ça c’est bonnnnn  ! Avoir des enfants qui font leurs nuits , oui, ça change la vie.

Tu te sens complète, comblée : tellement que ton panier à linge en déborde d’amour et de chaussettes puantes et solitaires . Tu ne vois pas ta vie sans tes enfants mais VRAIMENT , tu ne saurais pas quoi faire d’un autre. Tu trouves ta vie juste assez débordée pour être intéressante et tu laisses le pouponnage pour tes copines avides d’odeur de bébés. Chacun son tour !

no-kid

 

 

La valse à 1000 temps

Je crois que je si je devais définir ma vie, c’est comme ça que je la définirais . Une valse à 1000 temps . Une vie vécue à 1000 à l’heure où chaque minute, chaque seconde compte et est comptée. pour être à l’heure, être une bonne mère , une bonne professionnelle, une femme qui gère . ( ou pas )

Ma vie d’aujourd’hui est incroyablement différente de celle d’il y a 6 mois . Plus rythmée, plus chronométrée plus intense. Pas meilleure, pas moins bonne. Pas plus fatiguante, pas moins non plus.

Après ma vie de mère au foyer ou je m’occupais à 100% de ma famille et de tout ce qui tournait autour, aujourd’hui c’est moi qui valse autour de ma famille, à la gérer sur un temps, à la déléguer sur 2 temps , à vivre ma vie professionnelle en 3 temps et à vivre une vie sociale en 4 temps. Alors même si c’est beaucoup plus troublant , c’est beaucoup plus dansant et tout aussi charmant .

Alors oui, ça me donne moins le temps. Moins de temps pour mes enfants, moins de temps pour moi, pour mes amies, le blog aussi ( je suis tellement à la bourre que j’en ai honte ) .Je suis plus absente à certains moments pour eux, pour vous, pour moi.  J’ai la vie qui bat la mesure,  la vie qui mesure mon émoi.

Je me sens entière de ces 1000 choses à faire, de ces enfants qui crient de bonheur en me retrouvant le soir, des impératifs professionnels et de ses possibilités de développement, de ces lessives qui débordent, de ces soirées à décompresser , de ces retrouvailles furtives avec mon chéri en toute fin de journée dans un bain chaud à discuter de nos journées trop chargées .

J’ai adoré ces moments de mère au foyer et j’en garde de merveilleux souvenirs, mais j’aime cette nouvelle vie aussi intense et débordante que je le suis, avec cette valse à 1000 temps que je danse quotidiennement comme on passe entre les gouttes. Je regrette parfois le temps en moins en famille, mais je me remplis de cette qualité de vie en plus et je savoure encore plus chaque moment ensemble . Dans cette valse à 1000 temps .

322e4dec

Et je remercie mon chéri d’être un homme vrai et moderne qui m’épaule et s’occupe de sa famille merveilleusement bien  ❤

{ Les débordés en vadrouille } On a vécu la saison de la force en famille à Disneyland Paris

Ce n’est un secret pour personne ,  Nous sommes des Fans de Star Wars . et en fans de films fantastiques, nos enfants ont vu les films et adorent . L’ainé les connaît par cœur .  Disneyland Paris est aussi un endroit que l’on connaît bien et que l’on apprécie beaucoup nous y allons environ tous les 2 ans, histoire de ne pas nous lasser et découvrir les nouveautés. j’avais d’ailleurs écrit un article sur notre premier séjour en famille ( mais avant d’être parent on y allait deja :p )

Alors lorsque quand Disney nous a proposé de découvrir la saison de la force, on a été super contents. L’ainé et son grand rêve de rencontrer Dark Vador et Chowbaka. Le rêve !

On est donc parti le temps d’un week-end à la découverte de la force en plein parc Disney, du 21 au 22 janvier .

Notre week-end allait être chargé car 2 jours ( et pas tout à fait vu que nous prenions le thalys à l’aller et au retour ) pour profiter de tout s’avéra impossible vu l’étendue du parc mais en bon Padawan nous étions surtout là pour découvrir la FORCE !

16522656_10211898202276156_468898801_n

En arrivant , nous avons directement filé au Parc Disney Studio avec la petite équipe de blogueuses invitées ( je n’en connaissais aucunes, je suis donc une vieille blogueuse Hermite pour déguster un Buffet au  » Restaurant des Stars  » ( Comment ça je me la pète? )  Pour tester le concept de la demi-pension ( qui est gratuite pour le moment !!!! ) .

J’avoue que je n’avais jamais vraiment  » mangé  » chez Disney . Quand je veux dire  » vraiment  » , je te passe les diverses sucreries ou Junk Food . Nous n’avions jamais été au restaurant .

Le restaurant des Stars était très sympa , un buffet copieux à volonté très sympa.

On a bien mangé , et on a pris des forces pour découvrir le Parc Disney Studio . j’avoue qu’à chaque fois que l’on vient à Disneyland Paris, on passe peu par ce parc, qui est notre 2eme choix . Ce samedi là, nous avons pris le temps de le découvrir plus amplement ce parc .

Et c’est là que beaucoup se passent pour la saison de la force : on y voit des stormtroopers , des spectacles, des animations clairement sur ce thème, pour la plus grande joie des grands !

16523226_10211898201796144_1777997046_o16523460_10211898201076126_148478343_o

On a même eu la chance de rencontrer personnellement 2 stormtroopers pas très commodes mais assez photogénique. heureusement pour nous, ils n’ont pas compris que nous étions pour les forces rebelles :p.

Après le Spectacles nous avons pu profiter des chouettes attractions comme ratatouille

Et la tour de la terreur . MissMiddle a kiffé . Mais genre vraiment . ouais elle a 5 ans et demi et au moins aussi barge  que sa mère .

Ensuite, nous n’avons pas résisté à l’envie de nous promener dans le Parc Disneyland Paris , a contempler le château et faire  » the small word  » , l’attraction la plus culcul et mignonne du monde ! les enfants adorent, et moi aussi, ça me rappelle de jolis souvenirs avec ma marraine .

 Les rues de Mainstreet et le château la nuit c’est juste magique

Ensuite, direction de nouveau le Parc Studio pour ZE SHOW !!!! le son et lumière sur le thème de Starwars. On en a pris plein les yeux, surtout l’ainé qui connaît les films par cœur . Les images , la lumière, le son étaient juste fous !

 

On a ensuite rejoint les équipes de presse pour un repas sur le thème of course , où on a bien rigolé avec l’équipe presse, hyper accessible et sympa !

Nous avons dormi à l’hôtel Séquoia. C’est un hôtel confortable et accueillant. J’avoue qu’il mériterait un peu de rafraichissement au niveau déco mais est bien entretenu . Il parait que c’est au programme d’ailleurs. L’hôtel Newport Bay a été renouvelé il y a peu , et les autres y passeront petits à petits apparemment .

16506815_10211898192035900_1589943417_n

Le lendemain, on repart pour quelques attractions dans le parc Disney, mais surtout pour que l’ainé puisse participer à la Jedi Academy . tu n’imagines même pas sa fierté et son impatience .

Après avoir fait la mine et le manoir hanté ( des classiques vous êtes d’accord ) on part manger

 ( Oui ça caillait sévère )

Et ensuite le Must pour L’ainé , le top du top , la participation à la Jedi academy, où des enfants à partir de 7 ans joue les Padawan en apprentissage et vont combattre la force obscure. je ne sais pas si tu imagines un peu le Kiff ultime !

Il était tellement heureux et fier !!! La jedi Académy est accessible à tous les enfants à partir de 7 ans , sur inscription .

On a ensuite vite eu le temps de refaire la tour de la terreur et on a dû repartir, mais nous avons passé un super chouette week-end à Disneyland pour la Saison de la force, et les grands en ont eu plein les yeux à rencontrer leurs héros préférés .

 

Merci Spécial à Maureen et à Elodie pour leur gentillesse, leur acceuil , leur humour et leur patience auprès des enfants attachiants :p

 

Bref , On a kiffé de vivre la saison de la force !