Valérie

Je me rappelle très bien de ce 1er septembre 1998, où je me suis retrouvée seule dans cette grande cour entourée de toute cette foule de jeunes si bruyants et si heureux de se retrouver, alors que je ne connaissais personne.

Et puis c’est au moment de l’appel des élèves que je l’ai rencontrée, Valérie. Elle était là, Ce petit bout de fille, belle comme un cœur avec ses grands yeux brun et son sourire jusqu’aux oreilles.

Elle était plutôt sympa, Valérie. Elle était là depuis plusieurs années, elle connaissait donc très bien l’école, les profs, où se mettre pour ne pas se faire trop ennuyer par la bande de dernière année qui passent leur temps à charrier les nouveaux et ceux qui ne rentrent pas dans leur moule.

Surement parce qu’elle ne portait pas les dernières converses à la mode. Ou parce qu’elle riait un peu bêtement. Mais je l’aimais bien moi, Valérie. Et puis c’était presque la seule élève à m’avoir parlé, moi, la nouvelle.

elle avait beaucoup plus de poitrine que les filles de notre année. Elles en étaient jalouses, surtout quand on se déshabillait en cours d’éducation physique. Elles n’étaient pas très sympas les autres filles, et surnommaient Valérie « La débile aux gros nichons ». Mais Valérie continuait à leur sourire.

Les garçons n’étaient pas forcément plus gentils avec elle. Ils se moquaient beaucoup derrière son dos. Mais devant elle, ils faisaient mine de vouloir être amis. Pour que Valérie soit gentille avec eux.

Elle gloussait quand un garçon lui faisait un compliment ou lui faisait les yeux doux. Elle voulait avoir un petit copain, et être amoureuse. Comme toutes les filles de 15 ans de notre classe. Elle avait d’ailleurs déjà eu un petit copain l’année dernière, mais ça ne s’était pas trop bien terminé. Il l’avait emmené aux toilettes soit-disant pour l’embrasser mais dans sa tête il avait d’autres plans pour elle. Elle l’avait suivi parce qu’elle avait confiance, et quand il a commencé elle ne savait pas quoi faire, alors elle a juste pleuré en lui répétant qu’elle ne voulait pas. Heureusement un surveillant était arrivé et a arrêté le drame à temps. Depuis, la sœur de Valérie lui interdisait de voir ce garçon.

Elle était un peu triste parce qu’elle l’aimait bien, mais elle le trouvait trop méchant.

Valérie galérait beaucoup en classe, mais les professeurs ne lui en tenaient pas rigueur, parce que c’était difficile pour elle, et qu’elle était différente. Ils disaient à sa maman qu’ils savaient qu’elle n’avait pas le niveau, mais que tout ce qui était pris était pris , qu’ils essayaient de la maintenant dans une école normale mais qu’elle devrait probablement changer d’école bientôt. Une école qui correspondait plus à ses troubles et ses lacunes.

Je la trouvais bizarre parfois, à ne rien comprendre et à toujours devoir lui répéter les choses 10x, à ne pas comprendre quand les gens se moquaient d’elle et à se laisser autant faire par les garçons. Mais Valérie était comme ça, belle, gentille et naïve comme une enfant de 10 ans.

Parce que Valérie était différente oui. Elle avait 18 ans en 1998 mais dans sa tête pas plus de 14. Sa mère avait bu pendant sa grossesse, et Valérie souffrait d’un retard mental. Sa maman ne buvait pas énormément, mais un peu tous les jours. Elle n’a pas su arrêter de boire pendant la grossesse. Et son bébé, Valérie, a bu avec elle, ce qui a causé des dégâts neurologiques irrémédiables.

À la fin de l’année, mon amie Valérie, la jolie Valérie aux grands yeux bruns et au sourire jusqu’aux oreilles, est partie dans une autre école. Une école plus adaptée à ses lacunes et son retard mental. Je ne l’ai jamais revue. Mais je m’en souviens presque comme si c’était hier.

Aujourd’hui, Valérie a 36 ans. La magie des réseaux sociaux m’a permis il y a quelques mois de voir que Valérie allait bien, des yeux toujours aussi grands et aussi bruns.

Elle est une adulte,mais dans sa tête elle n’aura jamais plus de 14 ans.

L’histoire de Valérie est une histoire que j’ai vécue. Une personne que j’ai connue. Et chaque jour elle me rappelle combien l’alcool est néfaste pour un fœtus et combien il est important de ne pas boire pendant la grossesse.

L’alcool est –il un réel danger pour le bébé ?

On entend beaucoup de choses différentes sur l’alcool pendant la grossesse, . Mais les équipes de Santé publique France est formelle, l’alcool est dangereux pour le fœtus, il peut provoquer des fausses couches ou un accouchement prématuré mais aussi un retard mental, physique et/ ou des troubles du  comportement de l’enfant. Bref, de quoi faire réfléchir…

Que fait l’alcool chez le bébé ?

L’alcool bu par la mère passe toujours dans le sang du bébé par le placenta et donc, il y a autant d’alcool dans le sang du bébé que dans celui de la mère. Hors, le bébé est beaucoup plus petit que nous adulte.

De plus, le bébé reste exposé plus longtemps aux effets toxiques de l’alcool, car son petit foie l’élimine plus lentement.

Y a-t-il une quantité minimum tolérée ?

En fait, on ne sait toujours pas en 2017 quelle est la quantité minimale d’alcool qui est toxique pour le fœtus. Dans ce cas, il est donc plutôt conseillé de ne pas boire du tout d’alcool pendant toute la durée de la grossesse.

Que faire alors ?

Il existe sur le marché une grande quantité de boissons sans alcool très attractives et super bonnes (même du virgin mojito ) qui vous permettra de profiter de la fête comme tout le monde.

Et puis n’hésitez pas à en parler à votre médecin généraliste, gynécologue ou sage-femme si vous avez des questions à ce sujet, ou encore de manière anonyme en allant sur alcool-info-service.fr ou téléphoner au 0 980 980 930 (7 jours/7, de 8h à 2h, appel anonyme et non surtaxé). Ca vaut le coup de se donner les meilleures chances de mettre au monde un merveilleux bébé en bonne santé !

Publicités

2 réflexions sur “Valérie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s