Le blues de la mère au foyer

Dans ma vie, j’ai déjà été tout un tas de choses .

J’ai été une étudiante peu organisée, toujours à la bourre.

Une stagiaire très appliquée, prête à tout pour se faire une place dans le monde du travail, au sein d’un secteur que j’aimais pour son dynamisme et ses challenges à relever .

J’ai été une recruteuse ambitieuse et compétente, mais peu trop sensible et perméable au stress d’un monde ou il faut toujours en donner plus.

Une animatrice culinaire passionnée et heureuse de partager ma passion, et qui a  presque failli se faire une place, si l’argent et l’énergie débordante que cette mini entreprise n’avait pas été un soucis.

Et aujourd’hui…..

Je suis juste une maman. Une maman maladroite et fatiguée qui tente de jongler entre les besoins intenses d’un aîné dont je ne peux détourner l’attention 1 minutes de peur que nous ne nous enfoncions encore plus dans des problèmes scolaires et comportementaux, entre une puinée de presque 5 ans qui a du mal à trouver sa place de 2eme confortable et qui tringue un peu de ces changements fous en moins d’un an et donc nous le fait bien comprendre , et ce bébé d’un peu moins d’un an, qui est à peu près trimbaler partout où l’on doit aller pour son grand frère tout en essayant de grandir .

Juste une maman. une maman qui conduit à l’école, prépare à manger, s’occupe des bains, de la maison, de faire le taxi pour aller au sport ou chez spécialistes qui s’occupent de l’aîné, qui cajole, calme, s’énerve, prévoit les vêtements du lendemain, s’assure que tout le monde ait tout ce qui leur faut, essaye de ne pas oublier de payer à temps la visite au musée, prend les rendez-vous médicaux, celle qui est là tout le temps, ….

Et qui, de temps en temps, écrit des articles, ici et ailleurs, pour faire rire des autres mamans,  faire réfléchir, donner des idées ou juste partager.

J’ai choisi cette vie de mère de famille nombreuse, je l’ai ( plus ou moins ) réfléchie. J’ai décidé de m’occuper de ma famille, d’être le parent par défaut. je savais ce que cela impliquait. Je sais aussi combien je les aime, combien c’est précieux que je sois là pour notre famille, pour mes enfants.

Mais ce soir, juste ce soir, et peut être demain aussi, je voudrais être autre chose qu’une maman. Une workingirl ambitieuse, une secrétaire, une free-lance, n’importe quoi, mais juste être quelqu’un hors de ma famille que j’aime tant, mais qui fait tellement partie de moi que j’ai parfois l’impression de m’effacer à son contact permanent, de me fondre en elle telle une fusion douloureuse, d’être écrasée sous son poids, sous sa masse jusqu’à en devenir invisible, du moins à mes yeux déformés par la fatigue.

Ne pas être que la mère de, mais aussi celle qui. Celle qui a réussi à faire accepter un gros dossier de financement au bureau comptable, celle qui a signé un super contrat, celle qui obtient l’accord de la direction pour un nouveau projet, celle qui organise un gros événement, celle qui a écrit un best-seller. Et pas juste celle qui est maman de 3 enfants .

Demain ça ira mieux, parce que l’amour, comme d’habitude, prendra le pas sur les difficultés et mon égoïsme saisonnier.

Mais ce soir, je voudrais ne pas être qu’une maman.

 

( Je crois qu’en fait, j’aurais surtout besoin d’une bonne soirée Mojito avec des copines )

Mom_OutOfControl_Heath-Robbins-1024x708

Publicités

26 réflexions sur “Le blues de la mère au foyer

  1. Je me reconnais assez dans cet article sauf que je n’ai « que » deux trolls. Parfois la seule chose pour remédier à ce coup de blues c’est effectivement mojito avec les keupines ( ou à défaut un bon café /thé/chocolat) et un poil de temps pour soi. Savoir être égoïste de temps en temps ce n’est pas un défaut mais une qualité et une soupape de sécurité surtout quand il faut tout gérer. Courage maman débordée tout plein de bisous, de paillettes et de shokobons en attendant le mojitoooooooooo avec tes keupines !!

  2. Bonsoir,
    Vous n’êtes pas qu’une « simple » maman mais l’atout Coeur de la famille, l’ange gardien de vos enfants. Ils vous remercieront un jour. Bravo pour votre dynamisme ! Bon courage pour tout.

  3. Courage, juste un petit coup de blues. Peut-être demander à papa débordé de gérer une petite heure ou deux ce week-end histoire de prendre un bon bain ou un tour simplement dehors. Courage!!! On les aime mais c’est épuisant!!

    • mais être une maman c’est être « celle qui » est irremplaçable, héroïne de ses enfants, plus que n’importe qui! C’est ce que je me dis moi qui après une vie pro bien chargée et passionnante suis aussi complètement débordée, crevée par mes trois tous petits que je gère entièrement à la maison! bon courage super maman, et bravo pour vos articles qui permettent de prendre un peu de recul sur son quotidien!

  4. Que dire?? Tout simplement MERCI de dire tout haut ce que je ressens tous bas! Faute a qui? À moi qui me tait devant mon mari débordé qui fait son maximum au travail pour satisfaire sa famille.
    Courage pour ce passage et je t envoie pleins de mijotos géants pour te redonner le moral !!

  5. Comme je vous comprend…
    J’espère que c’est aussi le coup de blues saisonnier pour moi (ça vous rassure peut être de pas être la seule). Ma vie c’est maman solo, prof mais où est la femme???
    Courage! L’amour de nos petits (grands) nous fait déplacer des montagnes.
    💪

  6. Et bien je traverse le même coup de blues en ce moment. Je ne sais plus vraiment qui je suis, ce que je veux pour moi, ce que je vais devenir après mon congé parental… Je suis la maman qui est là partout pour tout le monde, qui fait de son mieux pour tout faire y compris les tâches « invisibles », pense à tout… tout ça avec ma grande de 4ans qui est difficile en ce moment, mon petit dernier de 2ans et ma santé qui me fait défaut…
    Et oui, moi aussi je me ferais bien un petit mojito entre copines pendant une bonne semaine.
    On se fait ça quand ? 🙂
    Bon courage et merci pour cet article qui nous rappelle qu’on n’est pas seule dans cette situation.

  7. je trinque ! Obligé de commenter un article que j’aurais pu moi-même écrire. J’ai appelé ma soeur en speed ce midi en lui demandant : mais comment? comment on fait? J’ai supplié mon mari de m’emmener au resto pas vers le 15 mais plutôt vers le 2. Il faut que j’appelle mes parents pour savoir s’ils ne seraient pas tenté d’amuser leurs petits enfants un week-end… ça fait 2 ans et 5 mois que je suis maman à temps plein de trois enfants et j’aimerais m’enlever cette casquette juste un instant !

  8. Ça me met les larmes aux yeux. Je ne suis pas mère au foyer, et j’essaye de jongler entre être mère, être ok au boulot, mais, il y a des jours où on a l’impression, à force d’essayer d’exister dans toutes ces fonctions, de n’être rien.
    Sur ce, je retourne à ma couture. C’est ma thérapie. Je peux imaginer la fierté de mon petit koala qui portera sur son dos le cartable fait par amour.
    Chacun son langage. Je ne suis pas une mère patiente, je crie, mais mes mains crée mes marques d’amour

  9. Je me reconnais beaucoup dans ta description et ton sentiment! Même si au final je ne veux pas changer de vie, j’aime tellement mes 4 fripouilles…. malgré le fait qu’ils me fassent tourner en bourrique, que je manque cruellement de sommeil et que je n’arrive pas à passer plus de 30minutes par jour avec des vêtements totalement propres….. tout de même j’aime ma vie de maman au foyer hyperactive pour avoir le temps de tout faire! Mais souvent j’ai besoin de souffler et de m’évader! J’ai repris des cours de dessin, je sors avec mes « keupines », je vais faire du shopping seule (même les courses seule c’est du bonheur lol), et de temps en temps on sort juste nous 2 en amoureux! (merci maman).
    Prends soin de toi et essaye de réaliser tes rêves 🙂

  10. bonsoir,
    on n’est pas que de simples mamans ! on est avant tout des femmes belles intelligentes magnifiques sensuelles généreuses…….
    moi je pense qu’on peut réaliser tout nos rêves, plusieurs femmes ont réussies à le faire, car on doit penser à nous même, un jour les enfants vont devenir indépendants, vont partir, avoir leurs propres vie, à mon avis, il vaut mieux penser des maintenant à l’avenir, avoir un petit projet, une passion, un petit travail, qui nous valoriserait, nos enfants seront aussi fiers de nous, et nous ne serons plus ni à leurs yeux ni au fond de nous même que de simples mamans
    merci et bon courage
    mona maman et styliste

  11. Je crois que c’est le blues du printemps ma belle et le blues d’à peu près toutes les mamans au foyer un jour ou l’autre… demain est un autre jour et les plus belles victoires c’est celle que tu remportés chez toi.
    Aller haut les coeurs ça va passer.
    Des bisous

  12. Je me retrouve dans votre message et ce qui m’inquiète, c’est que je n’en ai qu’un, qui a 4 ans, qui nous fait une constipation psychologique après une période de maladie et médicaments qui ont déréglé son transit. Je suis une boule d’angoisse, sur les nerfs qui n’arrive plus à faire face aux pleurs, aux niaucheris et au ménage, à la lessive. Je n’arrive plus à me réjouir de ce choix que j’ai eu à être maman et à devoir attendre 12 ans que ça se concrétise. Alors, je compatis et j’essaie aussi de me dire que ça passera….

    • Je me sens moins seule 🙂
      Un seul bambinou de 2 ans, l’attendre 10 ans et faire le choix d’être mère au foyer. Et parfois l’énorme impression d’avoir la tête sous l’eau. Sans trop savoir si un jour je pourrai reprendre tranquillement mon souffle.

  13. Tu es une maman de 3 enfants mais aussi une femme.
    Ton boulot et Ta réussite c’est d’être la Pierre angulaire de ta famille.
    C’est forcement dure et difficile. Et en plus c’est un travail non stop !
    C’est pour cela qu’on a tous besoin de décompresser d’une dure journée de travail autour d’un mojito entre copines (par exemple)….

  14. Je vous comprends tellement…..maman d’une petite chouchoute de 13 mois, je découvre les montagnes russes d’émotions que nous font vivre nos amours, du bonheur pur et simple à l’angoisse, l’épuisement, les doutes….vouloir toujours être à la hauteur, faire plus, être là pour tout et tous….mais aussi fondre pour un câlin, un rire, une découverte….. :)) partager ces moments qui effacent toute la fatigue….aujourd’hui j’admire mille fois plus encore les mamans, et je tire mon chapeau à toutes ces mamans de famille nombreuse, wonder woman du quotidien, qui font de leur mieux et mettent tout leur coeur pour leur famille…au final qu’on travaille à l’exterieur ou qu’on soit au foyer à temps plein, nous devrions être plus indulgentes avec nous mêmes, voir tout ce que nous faisons au quotidien et nous valoriser, nous autoriser du temps pour nous fréquemment et sans culpabiliser, c’est sain et bénéfique pour tout le monde ;)) et tellement mérité!!
    Personne n’est « qu’une maman », nous sommes toutes aussi une femme, une amie, une amante etc à nous de ne pas l’oublier 🙂 et vous êtes le pilier de votre famille, le coeur, l’oganisation….comme me dit mon amoureux quand j’ai moi aussi un coup de mou, je suis « une assurance à moi toute seule tellement [j’] assure » hihi 🙂
    Courage, le soleil va revenir nous réchauffer le moral et l’énergie! et la soirée mojitos entre copines est vraiment à prévoir vite, ça donne envie à tout le monde 🙂

  15. Je pense que vous oubliez toutes les mamans qui aimeraient être au foyer mais qui souvent par obligation doivent faire leur journée au boulot et enchainer avec la journée de maman et tout ce que cela implique. Le manque de sommeil, les rendez vous, des kilomètres de voiture pour amener chacun à ses activités et tout ce qui doit être fait pour l’intendance de la maison , et tout cela le soir ou le week end. Moi j’ai du mal à plaindre les mamans au foyer qui se disent débordées car nous le sommes toutes mais celles qui bossent le sont encore davantage. Après si c’est juste le fait de ne se sentit « que » maman alors je vous suggère de reprendre un boulot à l’extérieur. Sachez tout de même que rien ne s’arrange quand les enfants grandissent, les activités et rdv sont deux fois plus nombreux, les devoirs n’en parlons pas. Cette année entre une qui passe son bac et l’autre son brevet j’ai l’impression de faire prof, chauffeur et maman à temps plein après ma journée de travail et je ne rêve que d’une chose : devenir mère au foyer.
    Courage à toutes les mamans débordées.

    • C’est le syndrome de « l’herbe d’à côté est plus verte ». On rêve toute de ce qu’on a pas, mais au final les deux côtés viennent avec des aspects positifs et négatifs!

  16. Comme je m’y retrouve dans cet article !!!
    Merci de mettre par écrit ce que l’on ressent au fond de soi. Les coups de blues sont souvent la et il est important de prendre du temps pour soi. Avec les beaux jours, ça va bien finir par arriver, un petit verre dans un transat dans le jardin au soleil au calme sans crises sans pleure …. hummm un bonheur !!
    Courage !!

  17. Comme je me reconnais, je n’ai pas eu une vie professionnelle aussi intéressante que la tienne. Mais j’ai juste une envie travailler et autre que assmat. 4ans que je ne travail plus que j’ai choisi un travail a domicile car on ma inquiéter des années pour des souci de santé que Crapule n’a pas. Et le manque de vie sociale l’isolement ce sentie des fois que maman et rien d’autre c’est difficiles!

  18. Je te remercie d’avoir écrit cet article. C est frais et c’est tellement vrai ! Moi, je me mets une pression phénoménale oú je passe 90% de mon temps à me demander si j’ai bien fait… du coup je suis en mode « debordée-dans-mon-cerveau » comme un gros plat de nouilles (mes neurones) totalement écrasé par mes doutes et angoisses qui fait que ça dégouline de partout… I know pretty disgusting ! Du coup, j ai un blues latent tout les jours … et pour ce qui est des copines j en ai presque plus…

  19. Je pense que toutes les mamans à la maison vivent ce blues un jour ou l’autre! Pour ma part, ce que j’ai trouvé le plus difficile avec des enfants en bas âge, c’est le manque de vie sociale. Je rêvais d’une discussion composée d’autres choses que de pipi, caca, pouet!
    Aujourd’hui, j’assume totalement mon statut prédominant de maman, car je me rends compte que j’ai de la chance de pouvoir être aussi présente pour mes enfants! Et mon remède contre le blues, c’est de gérer ma petite entreprise de produits artisanaux, de faire des expositions et de tenir mon blogue!

  20. Et moi qui voudrait désespérément n’être qu’une Maman mais qui est obligée de s’appliquer à exercer le job haï de nounou, le seul que j’ai trouvé pour ne pas quitter mes enfants d’une semelle tout en gagnant le salaire réclamé par mon mari… On n’est jamais content de ce qu’on a! 😉

  21. Pingback: { Rétrospective de vos coups de cœur sur le blog } Les articles les plus lus de 2016 ! |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s