Ce sentiment qui m’était inconnu

J’ai toujours su que je deviendrais maman un jour. Et je dois bien l’avouer, dés que mon amour avec papa débordé a été assez serieux, ce désir d’enfant est devenu ardent comme un brasero. Cette envie, ce besoin, c’etait comme un creux , un vide, un manque tout à l’intérieur de moi. Un appel de mon corps et de mon âme.

Et puis un jour, après plusieurs années d’amour et de combat contre l’infertilité, un petit être s’est installé en moi. Il a grandit, il est né, et a bouleversé notre vie .  Mais ce vide tout à l’interieur était toujours là

Assez rapidement , l’envie commune d’un 2eme enfant. qui lui est rapidement venu s’installer. Une nouvelle grossesse, 16 mois après la fin de la 1ere . Ce creux c’est sur, allait se combler. Elle est née, nous a comblée. Mais ce sentiment  » d’incomplet  »  était toujours là. Manque ignoré, parce que 2 enfants, c’est trop parfait pour être défait. Et cette question : ce vide se remplira-t-il un jour ? Je me préparais à vivre avec cela jusqu’à la fin des temps

Et puis un jour, une folie, presque qu’un malentendu, et un autre enfant à porter 9 mois. Une rencontre, une 3 eme fois . Et pour la toute premiire fois, ce sentiment qui m’était inconnu : La plénitude.

Comme une boucle bouclée, un coeur remplit, une famille au complet. Et bizarrement, plus de nostalgie, plus de syndrome du ventre vide. Juste comme un air de retrouvaille, une envie de profiter et un sentiment d’être au complet, à 5.

 

12118638_927489103971232_5714703722302863429_n

 

 

Publicités

17 réflexions sur “Ce sentiment qui m’était inconnu

  1. Je pourrais écrire la même chose aussi. Deux filles, une blonde et une brune mais un sentiment inexplicable que malgré la maladie, l’envie et le besoin irrésistibles d’avoir un troisième et particulièrement un garçonnets bien présente. Ça serait une fille, je serais toute aussi contente mais ce besoin d’avoir un petit mec…

  2. Bonjour
    Encore une fois tu decris avec beaucoup de justesse et sentiments ce que tu ressens et je suis fortement touché ; et je m’y retrouve totalement! Je n’ai pas encore osé me lancer dans la conception de ce troisième car j’ai peur que cela ne me suffise pas! et en même temps j’ai l’impression d’avoir encore assez d’amour à donner! !
    Merci en tout cas c’est un réel plaisir de te lire!

  3. voilà c’est exactement ça…j’ai 4 enfants qui sont merveilleux ( honnêtement sage, gentil, respectueux) nous travaillons tous les 2 à temps pleins, nous avons notre maison, nous sommes mariés…mais je me sens encore imcomplète…l’envie d’un 5ieme enfant à bcp de mal à me quitter….:)

  4. Merci pour ton article! Je me retrouve à 200%! Mes 2 filles me comblent de leur amour,de leurs sourires, mais je me sens encore comme « bancale », pas réalisée totalement du coté maternité, comme s’il me manquait un morceau… Mon homme ne partage pas ce manque, on en discute régulièrement, mais il ne réalise pas combien ce manque me rend malheureuse parfois. J’espère vraiment mon petit 3e pour connaitre cette plénitude dont tu parles!
    (et bizarrement, inconsciemment, plus ca va, plus j’oublie régulièrement ma pilule…! Lol!)
    Merci encore!

  5. J’ai eu le même sentiment avant d’avoir mon petit deuxième ! Et maintenant, comme c’est si bien écrit, ce vide n’est plus là, l’impression d’être au complet !

  6. Je me reconnais bien aussi j’ai deux enfants 5 et 2 ans et en fait il faut faire le deuil du troisième enfant c’est pas l’envie qui me manque mets le courage j’ai envie de revivre une grossesse avoir un bébé de revivre l’accouchement Ah me dit dans l’oreillette non non pas de troisime mets j’ai ce vide au fond de moi je dois faire le deuil car quand je vous vois vous plaindre avec vos trois enfants être débordé à bout de souffle fatigué je me dis non ce serait une bêtise alors merci pour vos articles qui m’aide à faire ce deuil lol au fait ta petite question est-ce que votre dernière fait ses nuits et qu’est-ce qui a vraiment changé pour vous à l’arrivée de votre troisième enfant merci et bonne continuation

  7. Ça rassure de ce dire que ce sentiment est partagé par d’autres.
    3 enfants aussi et 3 évidences.
    Après pour être complètement honnête certain jour je m’imaginerai bien avec un petit 4 (généralement quand les 3 ont été particulièrement calme… donc les envies sont rares 😉 )

  8. J’ai 2 enfants de 6 et 3 ans. Depuis la naissance du 2ème, je supplie papa d’en avoir un 3ème. Ms il s’en sent incapable au niveau fatigue, ce que ça demande comme implication, etc
    On en a discuté des centaines de fois, j’en pleure parfois des jours entiers. Ce manque est là, au creux de moi et rien n’arrive à le combler. Plus le tps passe et plus il se fait sentir. J’essaie de me consoler comme je peux en me disant que j’ai déjà 2 beaux enfants, ms rien n’y fait. Zhom pense que je fais une fixation là dessus, que c’est une sorte de « caprice » qui s’éternise… Alors merci d’avoir écrit cet article qui résonne tellement fort pr moi. Grâce à toi, je peux mettre de mots sur ma souffrance et mon mal être.

  9. Ici, l’envie d’un 2eme enfant est venue au 1an de notre num1. On a passé le premier anniversaire de notre num2 et cette envie ne revient pas clairement. Juste pas encore prête à me séparer des vêtements.. Je me sens bien à 4, on serait débordés à 5 mais c’était mon souhait il y a qqs années. Quand sait-on qu’on est au complet? Peut-être quand son homme n’en veut pas plus..

  10. Bonsoir.
    Très joli.m même vécu pour le 2èmr enfant qui est arrivé pour repartir trop vite. Et enfin, il est là, il reste. Il a 1 an. Et avec 2, je suis comblée. De toute façon, pour moi, c’était forcément un chiffre pair et comme avance en âge, je ne ressens plus l’envie de’ avoir 2 autres. Et c’est plutôt bien. ^_^

  11. Merci pour ces mots ! Beaucoup de mamans se posent très certainement cette question fatidique et mystérieuse… quand sait-on que l’on ne portera plus la vie ? Je découvre que le sentiment de plénitude peut exister. Mais est-on certaine qu’après il ne réapparaîtra plus ? Peut-on associer à coup sûr l’envie d’enfanter et la composition de la fratrie idéale ?
    Effectivement le papa joue-t-il souvent un rôle dans cette décision ou se laisse-t-on le plus souvent guider par les hasards et les occupations du quotidien, l’âge et la logistique ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s