Depuis quand est-ce dégradant de vouloir s’occuper de ses enfants ?

Aujourd’hui, Comme depuis plus de 2 ans, je suis blogueuse , et je vous raconte ma vie à travers un petit écran . Aujourd’hui, comme depuis plus de 2 ans, je lis les commentaires et réactions  que provoquent chez vous mes articles.

Et aujourd’hui, en vous lisant, je suis surprise . Suite à un de mes derniers acticles sur notre façon de fonctionner à papa débordé et moi, les réactions furent parfois sympa, parfois rigolotes et parfois ….. questionnantes. ou déroutantes, je ne sais pas trop.

Dans cet article, je disais que nous avions fait le choix, et surtout moi d’ailleurs, d’être au plus près de ma famille, de mes enfants, de vivre ma maternité pleinement en étant le plus présente possible et en m’occupant moi-même principalement des tâches inhérantes à la maison et la famille. J’ai été surprise de lire des commentaires ( que je n’ai pas publier par choix ) qui trouvaient ma façon de vivre rétrograde, vieillote, voire presque dégradante pour une femme moderne digne de ce nom.

Et du coup je me pose des questions un peu existentielle…..

Aujourd’hui, après 2 ans de Blog, je me demande depuis quand est-ce dégradant de vouloir s’occuper de ses enfants  ?

Bien entendu, je ne dis pas que c’est parce que l’on travaille à temps plein que l’on ne peut pas être une maman et s’occuper de ses enfants, loin de là. J’ai moi-même un petit boulot et une mini- entreprise, et avoir un emploi n’est pas du tout incompatible avec un esprit de famille, mais cela doit, selon moi, être propre à chacun.

Hors, je me demande dans quelle mesure la femme ne se sent-elle pas obligée d’être surtout ce que la société nous impose, c’est à dire une proie de la consommation .

Personnellement, je pense que choisir ce que l’on veut être n’est pas dégradant. On peut choisir, comme les modèles d’aujourd’hui nous le prônent, d’être une femme très active, travaillant beaucoup, ayant une vie sociale avec ou sans ses enfants très riche, d’être une shopping-addict, avoir une aide-ménagère, d’ avoir une carrière professionnelle intense  et aller travailler pendant qu’une nounou ou que les grands – parents  gardent avec amour  notre progéniture ( oui je sais, c’est très carricaturé )

On peut aussi choisir que notre place est auprès de nos enfants et d’être très active en allant conduire et rechercher à l’école, en gérant l’extra-scolaire, en étant la cuisinière, l’aide-ménagère et la nounou.d’être la première personne qu’ils voient le matin et la dernière en allant se coucher sans pour autant être une esclave de son mari ou ses enfants. Aucunes de ces vies n’est dégradante, tant qu’elles sont un choix.

j’ai choisi que mon bonheur était avant tout en étant un maximum avec ma famille, et que tout le reste s’articulerait autour de cela . C’est un choix que j’ai fait, pas une obligation . Je choisis cette vie en toute connaissance de cause car j’ai vécu une autre vie qui me rendait parfaitement malheureuse. Suis -je rétrograde ? Anti- modernisme  ou insultante envers ces femmes qui se sont battues pour notre égalité de femme ? Je ne penses pas, j’ai juste fait un choix en écoutant mon coeur, en accord avec qui je suis vraiment .

Un jour, une lectrice m’a écrit :  » Le féminisme n’exige pas du tout que les femmes soient parfaites, c’est le patriarcat qui demandent tout aux femmes. Le but du féminisme est de se libérer de cela justement et de pouvoir avoir le choix de sa vie. Les médias balancent une image complètement faussée du féminisme malheureusement  » 

Et je pense qu’elle a raison . Que l’on soit mère au foyer ou Working girl, le principal est qu’aujourd’hui nous avons la chance de choisir qui nous voulons vraiment être. Médecin, Mannequin, femme d’affaire , ou femme au foyer. Et je pense que le vrai progrès il est là.

Alors aujourd’hui, après 2 ans de blog, je voulais juste vous dire combien je suis heureuse de vous avoir et d’avoir compris, un peu gràce à vous, que la vie ne doit pas être une prison, mais un choix .

 

 

Signé Maman débordée, femme  qui se pose des questions existentielles

à la con à 1h du matin ( et du vous pont des articles  hyper chiants )

téléchargement (1)

Publicités

38 réflexions sur “Depuis quand est-ce dégradant de vouloir s’occuper de ses enfants ?

  1. Pas chiant du tout, hyper intéressant. J’adore ta citation sur le féminisme. Je m’étais interrogée aussi sur mon blog parce que j’aimerais faire un break dans mon boulot (faire pleins d’enfants, pendre un congé parental de quelques années…) mais je sais que le retour au salariat sera impossible dans de bonnes conditions. Une fois qu’on est passée par la case « mère au foyer », on est cataloguée comme plus bonne à rien, c’est un peu comme si on se mettait soi-même hors de la société. Il me semble que c’est le revers de la médaille des mouvements féministes qui nous ont précédés… On n’a plus vraiment le choix en réalité 😦

  2. Je dirai en fait que c’est même un privilège aujourd’hui pour une femme de pouvoir faire le choix de vivre auprès de ses enfants, car le féminisme ayant échoué sa mission, les femmes sont prises avec un niveau de vie qui fait qu’il est très difficile de ne vivre que sur un salaire, ou sur un salaire et demi! Alors bravo, beaucoup de courage et merci pour cet article.

    On dort quand même avant que les bébés se réveillent nah?
    Bonne nuit maman!

    • tout à fait ok.
      Rien de plus naturel que de s’occuper de ses enfants, même si cela est parfois assez enfermant pour ma part.
      Ma fille ne dormait plus à l’école, elle a 3 ans, ni ne mangeait bien . Résultat poches sous les yeux, malade etc
      De retour à la maison les aprèmidis: Repas fait par maman, sieste réussie …
      ok cela demande un sacrifice car on ne peut plus trop s’appartenir mais quelle joie de la voir à nouveau en forme, avec une bonne mine et heureuse de rentrer!
      Je n’envie en rien ses copains qui cumulent si petits les doubles valises sous les yeux.

      Elever un enfant demande toujours un sacrifice important de la part des parents, ce que beaucoup de femmes ne veulent plus ou ne peuvent plus , résultat les enfants paient souvent et les parents ensuite sont déroutés face à la fatigue ou aux problêmes comportementaux des enfants qui se sentent oubliés…

  3. J’adore vous lire, car je trouve que c’est plein de bon sens et je me retrouve dans ce que je lis.
    Je penses que le problème c’est que dans notre société, si la femme au foyer qui garde ses enfants à aussi mauvaise « réputation », c’est que le fait de ne pas se préparer le matin pour passer sa journée hors de chez soit pour aller travailler, le gens (en généralité) ont dans l’esprit que du coup, on a tout notre temps pour soit, on ne fait pas grand chose. Mais comme vous dites, une femme au foyer et en plus maman, travaille elle aussi toute la journée et en plus n’a pas d’horaire de fin de journée.
    Mais l’image est tellement encrée qu’il m’arrive à moi aussi de me justifier sur mes loooongues journées passée à la maison, aux RV docteur, aux aller-retour école-maison et tous les imprévu qui s’y ajoute.
    En espérant que les mentalités évoluent, car c’est tellement bon de voir ses enfants grandir! (Je n’ai pas pu pour ma première mais je suis au début de mon congé parental pour ma seconde et c’est le pied d’être présente pour tous les moments sans culpabiliser d’être obligé de la laisser pour aller travailler alors qu’elle a de la fièvre).
    Mélanie, une maman qui se pose aussi beaucoup de questions ;-))

  4. Coucou, je me posais les mêmes questions en voyant que le congé parental est amputé de six mois si le deuxième parent ne le prenait pas sous couvert des nouvelles lois sur l’égalité homme/femme. L’excuse étant que la femme doit redevenir active, Working-girl, le plus vite possible. Nous mamans qui nous occupons de nos enfants ne sommes pas actives et nous sacrifions donc… Ben voyons. Nous sommes esclaves de notre famille et de notre quotidien ? Je pense plutôt que nous allons devenir esclaves de féministes qui nous imposent leur vision de la famille sans tenir compte de la réalité financière de ces dernières. Et je préfère hormis l’argent de loin m’occuper moi-même de mes enfants plutôt que les confier à n’importe qui.

  5. Avoir le choix est un luxe inestimable. Combien de fois j’ai vu des femmes qui courent après le temps… aller travailler pour tout rater avec leurs enfants. Tout le monde (ou presque) dit : « mes enfants sont tout pour moi » et les preuves dans tout ça ? Bien sûr qu’il faut de l’argent pour vivre dans ce monde consumériste mais il y a surtout des priorités dans la vie. Quand on me dit que mon enfant est adorable et bien élevé… les compliments c pour moi et pas pour les puer/mamies/nounou… et ça ça change tout ;o)

    Choisir sa vie c’est une chance incroyable… faire ce que la société nous impose, faire comme les autres moutons ça c’est dégradant !

    • les gens ne savent pas encore que quand votre enfant est adorable et bien eleve cela voudrait dire qu’il le sera pour longtemps de ce fait la societe aura qu’elqu’un de plus de bien eleve

  6. Décidemment la vie n’est vraiment pas simple… sauf si on se donne le choix et que l’on veut vivre en paix avec soi-même, ce que tu fais et je t’en félicite !
    La majorité des femmes (dont moi) se voit dans l’obligation de travailler (car prêt maison, factures à payer, assurances etc.) nous « obligent » à travailler, ce qui nous rend d’autant plus coupable car en plus de ça on ne voit pas nos enfants chéris et à la fin on est épuisés et triste de ne pas passer assez de temps avec eux qui grandissent si vite.

  7. Aaah mais il est genial cet article ! Mon mari est routier et donc peu present la semaine et quand je dis aux gens que je veux retrouver un travaio me permettant d’etre dispo pour mon fils, qu’il soit le plis possible avec moi, on me regarde avec des yeux ronds, et j ‘ai le droit a la reflexion du genre  » maiiiis arrete tout le monde met ses enfants a la creche ou chez la nounou, lache le il s’adaptera ! » Et ben non !! Je veux pas ! Merci poir ton article !

  8. Moi j’aurai aimé rester près de mon loulou … surtout que je suis très mécontente de la crèche où il se trouvait ! mais pas possible il faut bosser, un salaire ne suffit plus et je peux vous dire que c’est la pire période de ma vie j’ai culpabilisé +++ maintenant qu’il va à l’école ça va mieux 🙂

    Surtout qu’il est avec moi tous les matins, puisqu’il est scolarisé dans l’école où je travaille :p

  9. Merci pour cet article…
    En ce moment, je me questionne beaucoup aussi.
    Je me demande si je ne devrais pas prendre un congé parental pour le 2e, ne l’ayant pas fait, faute de moyen et d’information.

    Je ne trouve pas cela dégradant de vouloir s’occuper des enfants à la maison, au contraire.

    Le féminisme, c’est bien, cela fait avancer les choses mais il ne faut pas rentrer dans l’engrenage où toutes les femmes doivent faire la même chose.

  10. Desole de lire ca ce matin , Surtout ne change rien tu es super !!! C surement des jalouses !!! Continue a ecrire et a nous donner des conseils !! Bisous

  11. Tout d’abord « merci pour vos articles », je n’ai encore jamais eu l’occasion de vous le dire mais pour moi ils représentent un moment d’évasion dans les moments de ma journée où je suis séparée de ma fille, car je suis une de ces mamans qui a fait le choix « d’ avoir une carrière professionnelle intense et aller travailler pendant qu’une nounou ou que les grands – parents gardent avec amour ma progéniture » (et ce n’est pas si carricaturé que ça…). J’ai conscience qu’il existe des avantages ET des inconvénients à avoir fait le choix de continuer à travailler, tout comme il en existe dans le choix d’être une maman au foyer. Et devenir maman m’a permis aussi de comprendre que le fait d’être une maman au foyer est un réel poste à temps plein, qui ne se limite pas à 35 heures de travail par semaine et à 6 semaines de congés payés par an.
    En réaction à votre dernier article, et à toutes ces personnes qui n’ont pas évolué avec notre temps, l’égalité de la femme aujourd’hui c’est avant toute chose d’avoir le CHOIX. La femme moderne PEUT faire le choix de rester auprès de sa famille et d’en profiter pleinement ; cela n’a rien de rétrograde ou de dégradant, et je suis sincèrement désolée pour ceux qui pensent le contraire, car c’est leur façon de penser qui est vieillote et limitée 😦
    BRAVO à toutes ces femmes modernes qui ont fait ce choix et qui l’assument pleinement, car tout le mérite, c’est à elles qu’il revient !!!

  12. Je suis en congés parental et quel bonheur de lever ses enfants tous les matins, de voir la petite dernière évoluer à son rythme, et de pouvoir aider mon grand à faire ses devoirs en rentrant de l’école. Je ne regrette absolument pas mon travail en grde surface ou je devrais rentrer à 20h30 le soir, aller chercher mes enfants chez l’assistante maternelle et me dépêcher de les coucher pour qu’ils soient en forme le lendemain…. non je suis bien à les couver à la maison et on profite de chaque instant

  13. Je trouve dommage que certains se plaisent toujours à juger les choix des autres. Mais j’aime penser que ces gens sont peut-être frustrés car eux n’ont pas osé les choix! 😉
    Tu as choisi une nouvelle orientation pour ta vie et c’est tout à ton honneur! Bravo!

  14. La vraie victoire du féminisme ce n’est pas de faire des femmes des working girls avec de hautes responsabilités et tout l’argent qu’il faut pour payer des nounous qui élèveront nos enfants. La vraie victoire du féminisme, c’est de nous permettre d’avoir le choix. Le choix de travailler ou de rester auprès de nos enfants, le choix d’avoir ou de ne pas avoir d’enfant, le choix d’organiser notre vie professionnelle autour de nos choix de famille, le choix de vivre la vie qui nous fait vibrer. Mais certaines l’ont oublié…
    Personnellement, je viens de passer une année à la maison avec les filles (et c’est, au passage, mille fois plus de travail que de rester « tranquille » au boulot…), et je ne regrette pas du tout. Une année de bonheur !
    Aujourd’hui, je suis financièrement obligée de reprendre le boulot, mais j’ai organisé ma vie de manière à être la plus présente possible. Et je ne me sens pas du tout frustrée de ne pas être PDG d’une multinationale, à voyager à travers le monde. Je suis heureuse comme ça, et d’autres seront certainement heureuses d’une autre manière…
    Ton article n’est pas du tout chiant, il est juste plein de bon sens. Et il fait écho à ce que je pense, donc ça a tendance à me rassurer !! 😉
    Bonne journée auprès de tes enfants…

  15. Je découvre votre blog par ce bel article ! bien loin d’etre chiant il est ce que je vis actuellement avec ma fille que j’ai décidé d’accompagner tous les jours depuis sa naissance jusqu’à …???? En tout cas c’est dommage de devoir presque se justifier… c’est ta décision et j’ai encore du mal a comprendre pourquoi les autres veulent toujours nous faire changer d’avis ??? en tout cas je vais continuer a suivre ton blog car ce que je viens de lire m’a touchée ! je te souhaite une belle journée remplie d’amour avec les tiens et surtout continue !!!

  16. Je suis à 100% d accord avec vous. J’ai pris aussi un congé parental pour m occuper, élever mes enfants. Je ne voulais pas qu une autre le fasse. Je suis enseignante et je ne voulais pas éduquer les enfants des autres en délaissant les miens. Donc j ai mis ma soit disante carrière entre parenthèses. Mais il est vrai que des fois, je suis sujet à moqueries, vu un peu comme la fainéante! Comme vous dites, le féminisme doit laisser le choix aux femmes de faire ce qu elles souhaitent et non être l esclave d une société moderne qui exige que la femme travaille, car rester à la maison serait dégradant. Être maman à plein temps demande beaucoup de travail et d énergie.

  17. Il ya 15 ans, j’étais une working girl, promise à un avenir de cadre dans le marketing, bossant comme une folle, gagnant bien ma vie et malheureuse comme la pierre. Je venais de me marier, nous voulions des enfants et puis je regardais toutes ces nanas un peu plus âgées que moi, soit repoussant la maternité (jamais le bon moment…) ou ayant des enfants qu’elles ne voyaient pas et leur vie ne me faisait pas envie, tout simplement, malgré l’argent et le train de vie qui va avec. J’ai négocié mon départ de ma boite et nous avons mis en route notre aîné et je n’ai jamais repris le boulot. Aujourd’hui nous avons 4 enfants que nous n’aurions sans doute, peut être pas eu si j’avais continué à travailler, nous ne le saurons jamais. Je sais que je recommencerai à travailler tôt ou tard, mais parce que je ferai ce choix parce que j’aurai envie d’autre chose une fois mes enfants un peu plus grands, pas parce que la société me l’aura imposé. Vivre avec un seul salaire, même de cadre, n’est pas forcément simple avec 4 enfants, nous ne rentrons pas dans le moule au niveau consommation, ben oui un seul salaire + famille nombreuse, on consomme moins c’est sûr. Mais c’est un choix que j’assume et je ne regrette pas un seconde. Je suis heureuse, mes enfants aussi et mon couple va bien. Le féminisme pour moi, c’est avant tout la liberté de choix! Pas de faire rentrer les femmes dans un moule, égalitaire à tout prix entre hommes et femmes, niant les différences entre les femmes elles même ( ce qui m’épanouit moi, n’épanouira pas ma voisine…), et surtout pas de juger!

  18. Cela n’a rien de dégradant. C’est simplement uns histoire de mauvaise image dans certains pays comme la France. Au Japon, où je réside, il est tout à fait naturel qu’une femme s’arrête de travailler et s’occupe de ses enfants. D’ailleurs c’est ce que je souhaite pour plus tard : rester à la maison pour m’occuper de mes enfants tout en faisant du freelance.

  19. Bonjour maman débordée, je voulais vous adresser un message de soutien car il faut beaucoup de courage, de confiance et de foi pour suivre son chemin. La société ne nous a jamais appris a faire ses choix, a comprendre ce que notre cœur nous inspire et le suivre. On agit comme des automates, parce que la vie c’est ‘comme ça’ et qu’elle est ‘injuste’ ou ‘pleine d’obligations’. Je me retrouve dans votre histoire semblable a mon chemin et notre famille. J’ai décidé de suivre mes envies, être une maman disponible (et non plus avant 7h et après 18h) et surtout, j’ai décidé de me réaliser professionnellement (ce qui me fait changer de cap). J’ai eu beaucoup d’encouragement et de questions/confrontations, les gens ont tendance a projeter leur peur et lancent des vérités bien bâties (qui parfois ne leur ressemblent même pas 🙂 mais qui justifient pourquoi il n’est pas possible d’être libre de ses choix. Être libre, suivre ce qui est Bon pour soi malgré les influences et les résistances, c’est avoir le courage de surmonter ses peurs et avoir une bonne dose de foi. En effet, après la décision prise (ce qui suppose être déjà une sacre étape ) le flot de questions subsiste: vais-je assumer financièrement? Quelle sera ma place ? Socialement ? Et le succès sera t-il au rdv ? On ne fonctionne plus sur un modèle connu mais tout le mode d’emploi est a réécrire 🙂 Tant de questions et réponses qui nous aideraient a nous prouver que Oui le choix est le bon. En cas de doute, je me rappelle que je suis heureuse, incertaine pour le futur certes mais enfin j’atteins un équilibre qui me rend heureuse, et donc j’ai foi en la vie que tout va bien se passer.
    C’est tout le bonheur que je vous souhaite dans vos projets culinaires, et en famille.
    Affectueusement,
    Southa

    Envoyé de mon iPhone

  20. Ce n’est pas dégradant du tout et si on a envie de le faire, il ne faut pas hésiter. J’ai fait ce choix d’arrêter de travailler après la naissance d’Alban et franchement je ne le regrette pas. Bien sûr on a réfléchit et on s’en sort bien comme ça.
    Je me suis coupée de tout le monde c’est vrai, mais je me sens bien chez moi avec mes enfants.. :-).
    Tu fais ton choix et du moment que ça te rend toi et ta famille heureuse, c’est le principal..
    A bientôt, incha allah..

  21. Je te rejoins pleinement dans le cheminement de tes réflexions existentielles nocturnes;-) J’aime beaucoup la phrase que tu cites sur le féminisme. En effet, où est notre liberté? elle réside ni plus ni moins dans le fait de pouvoir faire ses propres choix de vie, de les assumer et de s’y épanouir… Comme toi, mes engagements professionnels s’articulent autour de ma vie de famille et non l’inverse.

  22. Bonjour, n’écoute pas les mauvaises langues, ni ne regarde ce que font les autres. Une bonne maman c’est quoi? Il n’y a qu’un seul critère est c’est le jugement de ton enfant! Éva 3ans et Léo 4ans me rassurent tous les jours en me disant : « maman, tu es la meilleure des maman, tu es la plus gentille! » Le reste, ne m’atteint pas. Ils vont 10h par jour chez nounou et un WE par mois ma maman me les garde. Ils ne sont pas malheureux et moi j’ai mon équilibre de femme. Financièrement, je ne pouvais pas me mettre en congés parental mais pendant ma 2ieme grossesse, j’ai eu un accident qui m’a obligé à être sur chaise roulante toute la durée de ma grossesse. Du coup, j’ai profité de Léo même s’il était chez nounou car impossible de m’en occuper normalement mais mon activité m’a manquée aussi car je suis quelqu’un de très actif. Nous sommes tous différents. Parfois j’aimerai rester plus longtemps avec eux, donc je profite de mon jour de repos qui est le jeudi pour faire des activités avec eux mais la c’est bientôt l’école pour Éva. Je suis la quand ils sont malades. Et je n’ai pas à justifier mes journées. Alors si tu a envie de ton congés parental et d’être une maman à 100% à la maison te gêne pas! C’est ton choix et qui sommes nous pour te juger. Fait ta vie et profite de tes enfants. Continue et garde ta bonne humeur! Bisous à toi et tes loulous.

  23. Bonsoir, il n’y a rien de dégradant de s occuper de ses enfants. Mais je pense que les commentaires que tu as eu sont des jaloux. Certaines personnes aimeraient avoir la possibilité de ne pas travailler et pouvoir etre la pour leurs enfants mais malheureusement elles ne peuvent pas. Étant obligé e d allez au travail desfois il m arrive de culpalbiliser de ne pas avoir ce tps précieux pour etre auprès de mon fils. Mais il est vrai aussi que j adore travailler, ma vie  » sociale » rien qu a moi. En fait je pense que chacun doit se donner les moyens de vivre sa vie comme il l entend et meme si parfois c dure, on peut tjs trouver une solution quoi toi par ex travailler a la maison. Au lieu d etre jaloux, nous devrions ns battre pour vivre NOTRE VIE comme on l entend. Bonne continuation.

  24. Complètement d’accord sur le fait, que NOUS choisissons ce que nous voulez être/faire de notre vie. C’est ça la révolution!!! AVANT la femme était à la maison et elle se taisait. MAINTENANT, la femme peut être à la maison et c’est son choix. La société veux toujours de la reconnaissance… moi j’ai oublié et je vis très bien sans ça 🙂 🙂
    J’ai fait ce choix, même si y a des jours je me demande si je ne suis pas tombée sur la tête mais quand mon grand me dit: « J’ai de la chance que ce soit ma maman qui vienne me chercher après l’école et que je n’ai pas besoin d’aller à la garderie. »

  25. Je suis d’accord : la vraie liberté c’est le choix, peu importe que ce soit celui de bosser à temps plein ou de lever le pied, mais on ne l’a pas toujours. J’aurais aimé avoir le choix mais avec le coût de la vie et un mari qui n’a pas un gros salaire (mais un métier qui le passionne), je ne peux pas réduire la part professionnelle dans ma vie, à mon grand regret…

  26. Je pense également que malheureusement on a pas toujours le choix…J’ai 2 enfants (6 ans et 19 mois) et comme Lzarama mon mari ne gagne pas assez pour pouvoir avoir le choix…Ce qui m’énerve pour ma part c’est que dans mon entourage j’ai plein d’amies qui ont eu la chance de choisir et qui se permette de me dire qu’elles sont débordés par rapport à moi…c’est juste insultant pour moi qui court tous le temps…pas de famille pour garder les petits!!! jamais de moments en couple seul!! enfin bref oui c’est super d’être avec ses enfants mais je supporte pas comme me dise que je suis moins débordé que les autres!

  27. bravo et merci de nous faire partager. Je compatis moi qui arrive à ce noeud de ma vie où je souhaite vivre la « maman au foyer ». Et tanpis pour les cons!

  28. Super article. Tu as fait ce choix et c’est très courageux. Oui du courage pour assumer ce choix de vie. Rester avec mes enfants et faire enfin ce qui me plaît. …. J’en rêve. J’ai quitté mon ancien employeur il y a deux ans je pensais que j’étais mal à cause de l’ambiance et de son caractère, je suis parti pour un autre cabinet (je suis assistante dentaire) bonne equipe , boulots auprès des enfants…. et là en ce moment grosse question existentielle pour moi :oui je travaille auprès des enfants mais je ne suis pas auprès des miens oui j’ai deux jours de libres dans la semaine mais eux sont à l’école et je bosse le mercredi et le samedi. Marre de rentrer à 20h les soirs marre de ce boulot en faite et marre surtout de ne pas etre auprès de mes loulous. Oui je voudrais les accompagner à l’école tout les matins, m’occuper de ma maison et créer mon emploi vivre de ma créativité, être en accord avec moi même et mes envies. Mais ce choix je n’ai pas le courage de le faire parce que malheureusement il faut assumer financièrement et avec un crédit maison sur le dos c’est difficile. Alors envoi valser les mauvaise langues et continue comme ça.

  29. ha oui d accord … heu bah moi je m occupe de mes enfants depuis 7 ans maintenant et je reste femme et maman au foyer qui s occupe à pleins temps de ses enfants et bien c est le plus beau métier et le plus dur aussi

    ma dernière à 2 ans et demi et je pense que si je ne m était occupé d elle comme je le fais et bien elle ne serait pas ce qu elle est aujourd’hui

    à notre époque il faut justement s occuper un max de ses enfants trop de choses horrible se passe dans leur tête on voit des choses affreuse à la tv en étant aussi proche d eux je pense donc les connaitre par cœur et limité les dégâts au cas ou car ce qu on voit n arrive pas qu aux autres

    donc non ce n est pas dégradant loin de là c’est juste que la sté d aujourd hui c est un gros tas de M…. horrible qui ne connait rien à la vie

    bon courage et continu de faire ce que tu fait
    je tombe sur ton blog qui est une merveille

  30. C’est très bien dit ! J’ai souvent l’impression aussi que mon choix de rester le plus possible auprès de ma famille est mal compris… Je suis toute nouvelle par ici, je découvre ton blog grâce à la mère coupable qui a partagé ton dernier article ! Du coup je me demande comment j’ai fait pour passer à côté pendant ces 2 ans !

  31. Pingback: Billet #1 | pascalewolfe2014

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s