Être débordée, et { apprendre à } prendre le temps .

macaron ma vie

 

Comme toutes les mamans, j’ai tellement de choses à faire, et si peu de temps parfois. Comme toute les mamans, je cours partout, et je rêve de journées de 30h et de nuits de sommeil de 7h. Comme toutes les mamans, je me sens parfois dépassée, surmenée, débordée.

il y a de cela un peu plus d’un an, j’ai fait un Burn-out professionnel, car j’ai voulu en faire trop, et je suis arrivée jusqu’au bout de l’épuisement physique. Un travail trop stressant et surtout pas en accord avec mes valeurs personnelles, une sensation d’incompréhension, ma place de maman impossible à prendre à cause de mon travail, cette sensation d’être une mauvaise mère, absente, et ne pas arriver à tout mener de front. et cette affreuse sensation de n’avoir le temps pour rien , même pas pour eux.

Tout cela était trop insurmontable pour moi .Un matin je suis tombée littéralement par terre. .Le burn-out était là . Bien présent.

Je l’ai d’abord rejetté. mais il n’est pas parti comme ça, et je n’ai eu d’autre choix que d’apprendre à vivre avec. J’ai tenté ensuite de l’amoindrir, et surtout, de l’apprivoiser. Ce Burn-out ,que j’avais pris pour un désastre au début, a surtout été une grande leçon de vie. Car Pendant cette période, j’ai eu à coeur de me poser les bonnes questions : Qui suis-je vraiment ? Qu’est ce qui m’anime? Est – ce que j’aime vraiment ma vie telle qu’elle est ? Qui ais-je envie d’être? Et surtout : Vers quel idéal de vie aimerais-je tendre ?

Et j’ai compris une chose primordiale : le temps, si on ne l’a pas, il faut le prendre.

Prendre le temps de rire, de les regarder jouer, de ne rien faire, d’être ensemble, d’être à 2, de voir sa famille, de profiter, de passer un moments entre amis, de se ressourcer, de boire un thé, de regarder le paysage, de manger. bref, de vivre.

Aujourd’hui, je tente de reconstruire ma vie, notre vie sur cette base, de nous recréer un univers, une vie de famille où le temps à sa place. Pas tout le temps, mais parfois. Surtout quand on en a pas.

Aujourd’hui, je ne travaille plus pour la société qui m’employait. Et depuis quelques mois, j’ai créé mon emploi, en rapport avec ma passion pour la cuisine et le partage. Aujourd’hui, je suis toujours une maman. Je suis toujours débordée. J’ai toujours tellement de choses à faire, et si peu de temps parfois.  Mais aujourd’hui, même si je sais que je n’ai pas toujours le temps, j’essaie de le prendre. Et surtout, de prendre plaisir à le prendre.

Aujourd’hui, j’adapte souvent mon travail à mes enfants, mais pas tout le temps. Je vis pour eux, avec eux et pour moi aussi. Et si je sens que tout va trop vite, je freine. Je ralenti la cadence. Et je prends le temps de les regarder vivre. Et si les choses s’accumulent parfois, tant pis.

Ce n’est pas toujours simple, c’est un apprentissage de tous les jours, mais aujourd’hui j’ai compris que le temps pris est la clef de notre bonheur. Et j’ai bien décidé d’être heureuse, et de vivre pour eux, pour nous, pour moi, vraiment. Enfin.

Et vous, vous avez trouvé la clef de votre bonheur?

téléchargement (3)

 

Publicités

28 réflexions sur “Être débordée, et { apprendre à } prendre le temps .

  1. Tres joli, une vraie leçon et un exemple à suivre ! Pas facile de lutter contre le lapin blanc tjrs en retard dans notre tête! J essaie aussi de lâcher prise et nous laisser vivre de temps en temps, c est tellement plus épanouissant que le menage et le boulot 🙂

  2. Je te lis (on peut se tutoyer ?) depuis quelques temps déjà et pour la première fois, j’ose me dévoiler dans un commentaire… Ton message m’a touchée.. vraiment… car je me sens un peu en décalage parfois quand je tiens ce discours, ce même discours de « lâcher prise »…. J’ai failli perdre la vie en la donnant, il y a quelques mois, à ma deuxième petite puce… depuis, évidemment, je relativise.. mon conjoint aussi d’ailleurs… plus de dispute pour un lave-vaisselle pas vidé… pour un pyjama mal rangé… on profite d’être ensemble et c’est tout ! et comme toi, j’ai eu le luxe de pouvoir créer ma propre activité depuis ces évènements et ainsi mieux concilier vie pro/vie perso (ex : faire une pause boulot de 16h30 à 20h30 puis reprendre ensuite)… est-ce la seule clé pour s’épanouir ? que penser alors quand on sait que la plupart d’entre nous n’aurons pas la chance de travailler de manière indépendante ?

  3. Un pas après l’autre, la reconstruction, bravo pour cet article intimiste, bravo pour ce nouveau tournant dans ta vie, qu’il t’amène loin de tes démons du passé 🙂

    Tendresse…

  4. une belle leçon de vie, une belle réflexion et une étape franchie avec succès puisque tu arrives à parler de tout ça au passé….
    trouver l »équilibre en sa vie de maman, de femme et de travailleuse n’est pas forcément chose aisée mais je crois que la clé réside dans le fait de se dire que chaque chose a son temps imparti et que l’un ne doit pas grignoter l’autre
    je te souhaite une bonne continuation dans cette jolie voie…..:)

  5. Ravis de te connaitre …. j’ai pris le temps de te lire il y a de ça oulalala cela remonte à plusieurs mois peut être un an. Et tu le sais… tu m’as tellement apportés en tant que jeune maman qui se retrouve débordée en emotion, en tout en fait. Merci de nous faire partager cela, merci de prendre le temps. Un billet chaleureux, intimiste comme je l’ai aime. ❤
    Temps, chocolat chaud et bonheur sur toi.

  6. Je suis bien d’accord, même quand je suis débordée par le travail, la lessive ….. Je prends toujours un peu de temps pour jouer avec mon fils avant de le coucher et ça fait un bien fou….
    Merci pour ses articles qui permettent de se sentir moins seule à être débordée…

  7. Je suis dans ce burn out depuis un mois, pas capable de plaquer mon boulot etant mère célibataire sans pension, je travaille trop donc touche rien d’aide à part un peu d’apl, je veux me lancer dans quelque chose de nouveau d’ intéressant mon boulot me pompe mon energie, mon temps ma vie, me stress a mort, me rend pas sur de moi. Il me bousille…je pense que le temps de vivre est une des clés du bonheur, je suis malheureuse de ne pas avoir assez de temps pour mon fils, pour moi, pour ma famille, mes amies etc…comme toi grosse remise en question ( boulot, passion, l’impression de ne plus etre une femme gaie joyeuse de ne pas exsister etc)
    Le temps est notre clé, j’en suis sur

  8. Une amie vient de m’envoyer sur votre site… En tant que maman seule depuis peu et entrepreneuse, j’ai tiré les mêmes conclusions, fait les mêmes constats. On se lance dans la course à la vie sans prendre le temps de récolter ce que l’on sème jusqu’à ce qu’une tuile nous rappelle à l’ordre. La tuile peut s’appeler burnout, divorce, maladie. Alors oui la clé est dans le quotidien, les petits temps pour soi genre pause café en regardant les oiseaux, l’histoire du soir à ses enfants, les compliments de ses clients… Et oui le bonheur irradie, de même que le mal être rend aigre. Bravo pour cette page magique à lire.

  9. Merci pour ce billet, qui nous rétablit dans la réalité des choses, bien souvent moi aussi je perds pieds et ne sais plus a quel sein me voué, cette fichue société nous dicte une conduite de vie complètement faussée…
    Merci de partager avec nous, ça rebooste…Ton impact est un effet papillon sur Nous.

  10. C est dingue, j aurais pu écrire ce texte, mots pour mots. Même si je ne suis pas heureuse (ou devrais je l être) que ce genre arrive également aux autres, c est un petit soulagement de voir que mes choix de tout plaquer, de recommencer autrement et de vivre vraiment n est pas juste une crise d ado a retardement… que d autres ont fait ce choix …. bravo a vous et merci pour ce blog 😉

  11. J’ai l’impression de me lire…j’aurai pu écrire ces phrases! Je suis « une maman débordée » mais comme dans maman débordée, j’ai aussi su retrouver et faire passer « la maman » avant « la débordée »!!! Merci pour ce témoignage…

  12. J’aurais pu écrire ce billet aussi….. Le burn out, le sentiment de n’être nulle part et partout à la fois, de ne pas être à 100% de mes capacités au boulot, ni à la maison, ni auprès des enfants….. Bref, image de moi très dévalorisée…. Il faut du temps, il m’a fallu travailler sur moi même, pour commencer à relativiser le linge qui attend d’être trié, les dossiers qui s’empilent sur le bureau, les menus répétitifs, pour prendre le temps de jouer avec mes enfants, de les regarder vivre, de les accompagner vers le futur….. Bravo à vous, bravo à nous 😉

  13. Bonjour,
    Pour le moment je ne peux qu’admirer toutes les mamans débordées qui ont eu le courage de prendre leur vie en main et de se remettre en question. Je suis moi même une jeune maman débordée qui ne voit pas autant qu’elle le voudrait sa « frisouille » et qui rêve de faire de sa passion ( création de perles en verre et de bijoux) son métier. Je n’arrive toutefois pas a partir de mon poste actuel. Trop peur de l’avenir, de l’incertitude, etc…. Peut être aurais je bientôt le courage!!

  14. Merci pour ce partage cela fait du bien de voir que je ne suis pas la seule a me sentir débordée je suis toute jeune maman et depuis ma reprise du travail je me sens complètement noyée à tout gérer : travail , bébé , tâches ménagères ….et donc forcément je me sens complètement nulle et toujours à la recherche du temps pour tout faire et cette sensation de ne pas arriver a profiter de mon fils me contrarie vraiment …alors merci pour votre texte et je vais essayer d appliquer votre méthode 🙂

  15. Un peu comme toi, beaucoup en fait, 2 enfants, des petits toujours en pleine forme aux aurores, Un à temps pleins, jamais de temps et les lessives qui s’accumulent… Et comme toi, j’ai lâché prise..

    Sans aller jusqu’au Burn Out, j’ai quitté mon ancien job pour un autre job, dans lequel je me sentais mieux, un mi-temps moins bien payé… mais j’m’en fou, je dis souvent que je me suis achetée du temps avec mes enfants.

    De pouvoir les voir le we (avant je bossais), les mettre au lit tous les soirs (avant je bossais), Les réveiller tous les matins (avant j’étais déjà partie bosser.) et Passer Noël avec eux (mon premier Noël avec eux, avant je bossais….) Bref, tous ces moments n’ont pas de prix. Et quand bien même je gagne moins ma vie en mi-temps dans une autre boite…

    Comme tu le dis si bien, le temps file et ne se récupère pas… Je reste sur ma phrase : « Je me suis achetée du temps avec mes enfants » et je ne regretterais ce choix pour rien au monde !

  16. Ce n est pas dans mes habitudes de laisser des commentaires, mais ton message me touche sincerement, car venant detre maman pour la 2eme fois je me rend compte que le tps est precieux et surtt difficile a prendre. J aimerai arriver a faire plus, plus de choses passer plus de tps avec mes amours. Peut etre y arriverai je, je lespere car cest tellement merveilleux de les voirs grandir, apprendre. Merci pour ton blog qui je dois l avouer me permet de me sentir moins seule, face a cette immensité qui est d etre mere et femme.

  17. Je suis dans ce genre de situation en ce moment et les idées fleurissent mais… dur de trouver le temps de les concrétiser

  18. Oui très vrai cet article.
    C’est gentil de partager ces émotions avec nous.

    Je pense que pour être heureux il faut entre autres faire ce que l’on aime. Ça c’est l’idéal ce que l’on voudrait faire/vivre.

    Après il y a la réalité, ce boulot qu’on fait parce qu’il faut bien le faire, les courses (cette corvée) et tout le reste. Ensuite on se rends compte que le temps passe et passe et passe. Les ptis loups grandissent et on s’aperçoit qu’on a raté des choses. Là on culpabilise…… oui il y a l’idéal et la vraie vie. Les personnes à pouvoir conjuguer les deux ne sont peut-être pas nombreuses.

    Comme tu as su dire il faut relativiser et surtout dès que l’on peut prendre du temps avec les siens, c’est important.
    Le temps passe mais les souvenirs restent.

    Bon j’arrête là, trop d’émotions.

    P.s. bravo et continue à nous faire rire!

  19. au grand désespoir de ma maman, j’ai délaissé le repassage « inutile » (housses de couette, taie d’oreiller, certain pull, les jean’s), ma maison est propre mais en bazard (le salon ressemble plus à la salle de jeu d’une crèche)!!!
    je prends le temps de jouer avec ma crapouille de 3 ans, cuisiner et patisser avec elle, plutot qu’etre une maniaque du rangement, je préfère kiffer au parc, plutot que faire la poussiere, et zut pour les commentaires style « t’abuses, les petites fleurs brodées de sa robe sont toutes froissées » !!! ouais, c’est vrai, mais a la place, on a fait des madeleine et des coockies et on s’est éclatée !!!
    merci pour ce blog que je viens de découvrir; je ne culpabilise plus, et j’essaie de faire déculpabilisée mes autres amies mamans !!!

  20. Pingback: Le top 10 des articles que vous avez aimé en 2013 | Chronique d'une maman débordée

  21. Le plus important c’est d’être là pour eux autant que possible. De toutes manières on ratera forcément quelque chose… merci à vous!

  22. Il m’aura fallu l’arrivée du 3eme pour que la pression que je me mettais baisse enfin… et maintenant j’y arrive de prendre le temps de prendre le temps! Par moment mes anciens démons reviennent mais le burn out a été tellement proche que je ne le laisserai pas revenir! Et heureusement nos hommes sont là….
    merci maman débordé ♥

  23. À toutes les mamans (et papas). N’attendez pas le burn-out, les problèmes financiers/amoureux/imprévus pour prendre le temps. Le temps que l’on n’a pas pu passer avec ses enfants c’est le temps perdu pour toujours.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s