Mon mardi confidence: parce que parfois, être maman n’est pas un chemin facile

Il y a 3 ans d’ici, je suis tombée enceinte. Monmonstre n’avait alors que 11 mois. Je vous avoue que je ne m’y attendais pas trop. Papa débordée venait de revenir d’une mission de plusieurs mois, et nous ré-apprenions seulement à vivre ensemble , tous les 3 .

J’ai fait un test, puis 2 . le résultat : positif . J’ai été prise de panique. Comment allais-je faire avec 2 enfants de 20 mois de différences, une maison en construction et un déménagement  ?

Et pourtant …. Au fond de moi, je ressentais déja de l’amour pour ce petit. Après avoir tant galèré  pour devenir mère ( infertilité, hormones,toussa ) , la vie m’offrait le cadeau de devenir mère à nouveau …. mais « naturellement  » cette fois .

Cette petite surprise avait fait son chemin dans mon coeur et mon esprit. Et en l’espace de 2 jours, j’avais accepté sa venue, et j’en éprouvais même du bonheur.

Mais on peut dire que ce bonheur fut de courte durée….J’avais justement rendez- vous chez mon gynéco 1 semaine après la découverte de  » surprise  » . Je lui annonçais donc avec joie ( entremêlée de peur aussi  ) que j’attendais un 2eme enfant.

Une écho et un air embarrassé plus tard, mon gynéco me dit de ne pas trop m’emballer, qu’il pensait détecter une anomalie  dans cette minuscule grossesse.  » On va faire une prise de sang, on y verra plus clair » .

Le jour même , je fis cette prise de sang. il aurait le résultat le lendemain vers 10h. Une insomnie plus tard, je pris mon téléphone à 9h59, pour ne pas avoir l’air de le harceler.  » On a bien détecté l’hormone de grossesse, mais il y a en effet bien une anomalie. Tu as bien été enceinte, mais elle s’est arrêtée. Je suis désolé….. »

Cette surprise s’en est allée comme elle est venue, là où on ne l’attendais pas. J’ai pleuré pendant 2 jours. Car même si je ne m’attendais pas à cette grossesse, je m’y étais attachée, j’y ai cru.

Papa débordé se sentait un peu désemparé face à ma tristesse. Car pour lui le temps fut tellement court qu’il n’y avait pas eu le temps de s’y accrocher. Mais moi Je me voyais déja avec mes 2 bébés dans les bras.

Je m’en suis remise hein , et Monstrinette est venue s’accrocher en moi environ 10 mois après cette mésaventure. Pourtant cette petite vie qui m’a habité l’espace de 15 jours à peine, je ne l’ai jamais oublié. Et je garde dans un petit coffret son test de grossesse, prouvant que pour moi il a existé, je l’ai aimé, même brièvement.

Tout ça pour vous dire que parfois, être maman n’est pas un chemin facile. Parce que parfois, des grossesses se passent mal, n’arrivent pas à terme. Mais que dans nos coeurs de mamans, elles ont toutes une place unique. Et même si les autres ne comprennent pas très bien cette tristesse qui accompagne cette fin, alors que même certains ne connaissaient pas l’existence de ce début de vie, Pour nous, elle a existé. On l’a aimé. Et à jamais elle aura une petite place dans notre coeur.

Je dédie cet article à toutes les mamans de ces petits vies si tôt partie, et à une tout particulièrement amie, qui je l’espère se  reconnaîtra.

Publicités

6 réflexions sur “Mon mardi confidence: parce que parfois, être maman n’est pas un chemin facile

  1. oh merci, un enorme merci de ne pas penser qu’ à ses petits bout de choux qui nous comblent chaque jours. Pour ma part, je suis tombée enceinte, mon 1er avait un petit 2 ans et demi, 1 ere echo des 12 semaines où l on nous a montré ses petits doigts, son coeur, ce corps se formant pour etre un bébé à en devenir. après 10 min de pur bonheur, le malheur…clarté nuquale partait du haut de sa petite tete en bas de ses fesses.Pour faire court , sasha est né sans vie (img dc pas de fausse couche et accouchement normal) a 4.5 mois de grossesse…nous avons 2 autres enfants après sasha, comble que la vie mérite qu on lui laisse une chance car ce fameux 4 mai 2006, je me suis laissée mourrir (- de 7 de tension, oxygene et j en passe) mais après une autopsie et examens révélant tétraplégie,lourds problemes cerebrals et une esperance de vie de maxi 3 ans, on m a annoncé un nouveau tit bébé qui etait prevu le 16 mai 2007…noham est né le 30 avril 2007 et nous sommes sortis de la mater le 4 mai 2007 en larmes en me disant et oui cela fait un an jour pour jour, heure pour heure , minute pour minute ( sasha 04 mai 2007 12h32 et ma sortie 04 mai 2007 12h30) que je te laissait partir pour ne pas connaitre la souffrance… Je sais maintenant que ma culpabilité s’est transformé en acte d amour pour lui, son frere et nous. JE T AIME SASHA ET CE CHAQUE MINUTE DE MA VIE. merci encore de nous donner ce defouloirstephanie

  2. Merci pour ce bel article! Tu as su décrire exactement mes émotions lors que j’ai vécu ma FC… Très difficile à comprendre pour l’entourage qu’on puisse être aussi malheureuse avec que ce petit être n’a que quelques semaines ( 8SA ds mon cas) et les réflexions à la con ( pas dit méchamment mais quand même) du type  » vaut mieux ça qu’un enfant handicapé »  » c’est la nature, vous en referez d’autres » etc etc
    2 ans après et malgré un Ptit bout en plein santé j’y pense toujours et je me dis  » et si il était là il aurait tel age « , c’est quelque chose qu’on ne peut pas oublier mais on apprend à vivre avec…
    Merci 🙂

  3. Ca fait du bien de lire que l’on est pas la seule. Moi une fausse couche avant mon premier enfant à 12 semaines, et je pense à lui, c’était un garçon, il avait un problème chromosomique : triploïdie. Depuis de l’eau à coulée sous les ponts, j’ai aujourd’hui 4 merveilleux monstres, 3 garçons et une fille. Mais pour ma dernière grossesse, (je suis tombée enceinte sous pillule), j’ai appris en perdant du sang toute une nuit, que j’étais enceinte, on m’a annoncé que je faisait une fausse couche, j’ai pleuré tout le WE, et le lundi, les BetaHCG avec plus que doublé, on m’annonce que je suis enceinte, mais qu’en faite il y en avait 2 et que j’en ai perdu un. Et bien, j’y pense à ce petit être qui était avec son frère. Ca n’aurait pas été facile de passer de 3 à 5 mais on l’aurait fait. Et aujourd’hui quand je vois mon petit dernier, je me demande parfois si il aurait eu un jumeau ou une jumelle. Mais la vie avance, et on doit vivre avec ce que l’on à, et en être heureux. Nos enfants sont tous nos trésors, qu’ils soient ou non avec nous tous les jours.

  4. J’ai perdu mon premier bébé a 6 semaines… Mon entourage me disait que ce n’était même pas encore un bébé, que je ne devrais pas être triste… J’avais tout juste eu le temps de savoir qu’il etait la, d’accepter l’idée et de l’aimer qu’il est parti. Et c’est dur. Bon, après mon MiniMonstre est arrivé. Mais cette petite graine n’a jamais été oubliée…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s